LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÇA NE PASSE PAS !
Nous vous avions annoncé dans notre dernière gazette Une Soirée de clôture pour l’ouverture pour la deuxième quinzaine de juin. Tout devait être réglé, les habitants et visiteurs du quartier de la Manutention, les festivaliers, tout le monde retrouverait la liberté de circuler le soir et le bonheur ...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

À nos amis festivaliers, qu’est-ce donc que Rosmerta ?
Afin de palier aux carences des services de l’État en matière d’hébergement des réfugiés, l’association Rosmerta, composée de plusieurs centaines de citoyens bénévoles, occupe depuis fin décembre un bâtiment de 400 m² pour y mettre à l’abri des mineurs isolés et des familles avec enfants en bas...

Projection unique le lundi 15 juillet à 11h, suivie d’une rencontre animée par Jonathan Alory, membre de la commission des personnes déracinées d’Amnesty International France.

HOPE

Écrit et réalisé par Boris LOJKINE - France 2014 1h31 VOSTF - avec Justin Wang, Endurance Newton, Dieudonné Bertrand Balo'o, Bobby Igiebor (tous les comédiens du film sont des non professionnels)...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

HOPELui s’appelle Léonard ; elle s’appelle Hope. En route pour l’Europe, rien ne devait les faire se rencontrer : il est Camerounais, elle est Nigériane et, sur la route de l’exil, communautés ethniques et religions ne se mélangent pas, même si tous se retrouvent entassés dans le même camion brinqueballant, soumis au bon vouloir de passeurs cupides. Mais quand Hope, après avoir été abusée par des policiers algériens, est laissée pour morte, l’humanité de Léonard le pousse à sauver la jeune fille. Et pourtant cela ne l’enchante guère, car la malheureuse va inévitablement ralentir son voyage vers l’Europe et aussi contribuer à grignoter son maigre pécule… Entre eux, il n’est donc pas question d’amitié, encore moins d’amour, mais de donnant-donnant. Car la migration est un marathon pour la survie et le chemin est long, long, long jusqu’à l’Espagne… Ce sont bien des aventuriers, des aventuriers en quête d’un futur meilleur pour eux et leurs proches restés au pays, qui affrontent aujourd’hui les rudesses du Sahara, les flots qui engloutissent les pirogues de fortune, qui essaient de franchir les murs infranchissables de notre Europe, les murs de barbelés de l’enclave espagnole de Mellila.

Le philosophe Boris Lojkine est désormais un grand cinéaste de l’aventure humaine. Dans Hope, il concilie parfaitement un récit haletant, avec moult rebondissements, et une description aussi lucide que terrible d’un monde qu’on voit peu dans les films mettant en scène les immigrants. Profondément authentique, grâce en particulier à ses acteurs non professionnels, qui ont connu eux-mêmes les souffrances de leurs personnages, il n’y a pas de miracle au bout de l’aventure humaine et cinématographique et si le sort des deux remarquables Justin Wang et Endurance Newton s’est amélioré grâce au film, ils demeurent néanmoins des migrants espérant un avenir meilleur.