LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le Collectif 23h59 communique :
Comme annoncé en des temps très anciens datant d’avant le fameux Monde d’après, dans une précédente gazette, le Collectif 23h59 avait décidé de se muter en association pour poursuivre son action dans la continuité de sa propre histoire qui avait jadis duré plusieurs mois. Ces temps de guerre travers...

CINÉMASQUÉ ! Gazette post-covid n°2
Madame, votre masque s’il vous plaît ! « Pourquoi voulez-vous que je porte un masque, ça ne sert à rien et en plus c’est une atteinte à la liberté individuelle ! » Début juillet à notre réouverture, que répondre à cette dame ? Dans tous les débats complotistes, conspirationn...

« ciné-déconfiné » Ce qui a changé et ce qu’il faut respecter
• Il y aura un décalage important entre chaque séance et chacune des salles pour que vous vous croisiez le moins possible.• Le port du masque est obligatoire pour le public dans le hall d’accueil du cinéma, les zones de circulation et vivement conseillé pendant la séance. • L’équipe sera masquée (ma...

APPEL A MUSIQUE !
APPEL A CHANSONS !   Appel aux groupes professionnels ou amateurs d’Avignon et alentours, pour égayer l’attente de nos spectateurs dans nos salles ! En cette période trouble où les concerts sont dentées rares, et que les programmations de nos amis de l’...

L’avenir se prépare à Rosmerta
L’avenir se prépare à Rosmerta, avec une réflexion sur la gouvernance de l’association. Rosmerta se dote de nouveaux organes de décisions, afin de continuer l’action qui se tient depuis maintenant presque deux ans au 7 bis rue Pasteur. Ainsi, des nouveaux statuts et un nouveau mode de...

LES ENVOUTÉS

Pascal BONITZER - France 2019 1h41 - avec Sara Giraudeau, Nicolas Duvauchelle, Nicolas Maury, Anabel Lopez, Josiane Balasko... Scénario d'Agnès De Sacy et Pascal Bonitzer, d'après la nouvelle Les Amis des amis, de Henry James.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES ENVOUTÉSC'est une histoire très particulière, funèbre et abstraite, adaptation d'une nouvelle d'Henry James, Les Amis des amis, récit fantastique qui interroge les frontières entre l'amour, la mort et la vie après la mort et qui tire du côté du fantomatique et du fantasmagorique. Difficilement transposable au cinéma puisque notion vague et obscure mais c'était compter sans la détermination de Pascal Bonitzer qui a créé le personnage de Coline (Sara Giraudeau) pour incarner librement l'idée de James et adapter à l'écran la dramaturgie de ce conte d'amour, de folie et de mort.



Coline donc, au centre de notre histoire, jeune journaliste pigiste, se voit proposer par la rédactrice en chef d'un journal psychologique d'écrire un papier sur un artiste peintre qui réside dans les Pyrénées et qui a vu apparaître le fantôme de sa mère au moment même de la mort de celle-ci… Si l'idée lui paraît au premier abord des plus saugrenues, elle accepte cependant la commande, pragmatique – il faut bien manger – mais intéressée également parce que Azar (!!), son amie et voisine de palier, elle aussi artiste, vient de vivre une expérience similaire…
Et la rencontre a lieu, glaciale, dans la maison de Simon, isolée, un tantinet sinistre, située au cœur des Pyrénées, au-dessus d'une mer de nuages et de brume qui donne à l'endroit une atmosphère étrange, inquiétante à souhait. On est bien loin de la promiscuité de la vie parisienne, loin des repères de Coline, de ses amis et de son confident le plus proche (Nicolas Maury). L'interview démarre, maladroite, puis tourne court, aucun des deux ne semblant vouloir aller plus loin vers l'autre, chacun décidant de rester retranché et de ne pas oser franchir le pas qui le ferait se découvrir à l'autre.
Pourtant, très rapidement, Simon tente de séduire Coline, et elle ne résistera pas longtemps au charme ténébreux du peintre. Et c'est justement cette histoire d'amour au cœur de l'intrigue qui va plonger Coline dans une spirale de sentiments qui vont peu à peu lui faire perdre pied. Personnage de prime abord sans mystère, ni personnalité affirmée, elle se révèle soudainement insomniaque, phobique, assez retorse voire menteuse.
Amoureuse, elle boit les paroles de Simon, croit en lui et s’émerveille à sa vue mais peu à peu commence à avoir des doutes, découvre ou croit découvrir une horrible réalité cachée. Signe de son désarroi grandissant, tout l'inquiète : le fait par exemple que Simon, sans la connaître, a de nombreux points communs avec Azar, bien plus qu'il n'en a avec elle… Azar est solaire alors que Coline se sent tristement introvertie et ordinaire, Azar est peintre comme Simon, Azar voit elle aussi le fantôme de son père et soudain disparaît…

L'incertitude dans laquelle est plongée l’héroïne gagne le spectateur. On adhère tour à tour au point de vue de Simon puis à celui de Coline, soit deux visions complètement antagonistes : il faut bien que l'un ou l'une des deux se trompe, s'aveugle ou mente. Ou peut-être encore que tout se passe dans la tête de l'héroïne : peut-on considérer ses soupçons comme réalité inquiétante et inexplicable ou assiste t-on à un pur délire de jalousie ?
Il est possible de lire l’histoire de deux manières. Aux lisières du cinéma fantastique en tout cas…