LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Collectif 23h59 : voyons, réfléchissons…
Ah qu’il est plaisant de cheminer dans le passage Urbain V, à l’heure où fleurit la campagne, en journée quand les enfants s’ébattent dans le jardin, au crépuscule quand les humeurs chromatiques du temps nimbent la majesté du Palais… Nous avons failli être privés de cette jouissance simple et magnif...

L’association 100 pour 1
L’association éberge des familles sans papiers sur Avignon et Carpentras et organise tout au long de l’année des événements pour parvenir à financer le logement et l’accompagnement des familles qui sont prises en charge. Une tombola est actuellement organisée (2€ le billet) avec de nombreux...

123 Soleil : 8 MARS 2020, RÉALISEZ !
C’est la nouvelle date de 123 Soleil pour un tournage qui réunira 6 spectateurs d’Utopia et 6 jeunes réfugiés dans un lieu encore tenu secret sur Avignon. Une journée entière dédiée à la pratique cinématographique sans limite d’âge ni de langage, mais un casting 100% féminin du côté des spectateu...

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

JESUS

Écrit et réalisé par Hiroshi OKUYAMA - Japon 2019 1h16 VOSTF - avec Yura Satô, Riki Okuma, Hinako Saeki...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JESUSNous voilà bien embêtés ! Comment vous inciter à venir voir cette petite perle nippone dont le jeune réalisateur (tout juste 23 ans) et les acteurs sont encore plus inconnus que le soldat sous l’arc de triomphe ? À nous de saluer ce premier film plein de grâce, que le seigneur soit avec lui… et avec Yura, le tout jeune protagoniste qui va devoir apprendre à le connaître, lui qui n'a aucune culture chrétienne.



En attendant, le garçonnet patiente à l’arrière de la voiture qui trace sa voie imperturbable loin de son ancienne vie. Pourquoi sa famille déménage-t-elle à Nagamo, village perdu sous la neige, au fin fond de l’hiver ? On ne le saura pas. Ses parents ont leurs raisons qu'ils ne lui ont pas vraiment expliquées. Toujours est-il que Yura fait partie des impedimenta, le voilà trimbalé jusqu'à cette morne contrée, loin de l’agitation lumineuse de Tokyo. C’est à contre-cœur, même s’il ne l’exprime pas trop, en bon fiston docile, qu’il devra partager la chambre de sa grand-mère, dans sa vieille bicoque surannée qui manque de tout sauf d’étranges bibelots. Comble de malchance, dès le lendemain de son arrivée, on le parachute sans préparation dans l’école du coin qu’il ne trouve pas tout à fait « normale ». D’autant moins quand toute la classe de CM1 se lève d'un seul bloc et se précipite joyeusement vers ce que l’instituteur M. Warita appelle « l’office ». Une bible ? Un cantique ? Mais qu’est-ce donc ? Et qui est ce messie, ce prophète dont tous ici parlent sans l’avoir jamais vu ? Jésus crie, certes, mais quoi ? pourrait-il se demander… Étrange dieu, étrange lieu, étranges mœurs… Et notre garçonnet ne se sentira pas plus à son aise durant la récréation, transparent au milieu des élèves folâtres qui n’ont d’yeux que pour le populaire Kazuma, un petit gars lumineux qui joue au football… comme un dieu justement.
De retour à son nouveau bercail, ce ne sont pas les adultes qui vont éclairer sa lanterne, pas plus ses parents qui ont plus envie d’être rassurés que d’être confrontés au désarroi de leur enfant, que sa malicieuse aïeule qui, au lieu de répondre à ses questions, se contente de constater combien elles sont judicieuses…
En désespoir de cause, Yura tente ce qu’on appelle une prière… Essai transformé : c’est le miracle ! Devant ses yeux éblouis apparaît, sans crier gare, devinez qui ? Mais oui bien sûr, Jésus himself ! Il n’est pas l’imposant personnage qu’on pourrait croire, descendant douloureusement de sa croix. Que nenni ! Ce Jésus-là est miniature, pas plus haut qu’une Barbie mais bien plus charmant avec sa barbe de hippie. Il en a d’ailleurs un peu les manières, on le croirait tout droit sorti de Woodstock après avoir fumé un peu trop d’encens ! Il va s’avérer immédiatement être un excellent compagnon, complice hilarant. Avec lui on ne s’ennuie jamais ! Pourtant il manque encore une chose à notre jouvenceau pour parfaire son bonheur : un véritable ami de son âge. Et Jésus, pas jaloux pour deux sous, va s’empresser d’exaucer ce nouveau vœu, du moins Yura le croira-t-il…

Vous l’aurez compris, avec Hiroshi Okuyama, ce n’est pas le diable qui se loge dans les détails. Il nous propulse sans grandiloquence dans un univers tout aussi personnel qu’universel, tout à la fois dépaysant et familier. Plus qu’une historiette fantasque et touchante, c’est toute la fraîcheur de l’enfance, son innocence, qu’il nous offre sur un plateau d’humour et de tendresse. Un véritable bain de jouvence qui laisse rêveur, oscillant entre amusement et nostalgie. En apprenti-sorcier rebelle, le tout jeune cinéaste réussit admirablement à marier des saveurs improbables, tout aussi bien orientales qu’occidentales, alliant la douceur des cœurs au sel des larmes, la trop humaine amertume à la colère sacrée.