LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Collectif 23h59 : voyons, réfléchissons…
Ah qu’il est plaisant de cheminer dans le passage Urbain V, à l’heure où fleurit la campagne, en journée quand les enfants s’ébattent dans le jardin, au crépuscule quand les humeurs chromatiques du temps nimbent la majesté du Palais… Nous avons failli être privés de cette jouissance simple et magnif...

L’association 100 pour 1
L’association éberge des familles sans papiers sur Avignon et Carpentras et organise tout au long de l’année des événements pour parvenir à financer le logement et l’accompagnement des familles qui sont prises en charge. Une tombola est actuellement organisée (2€ le billet) avec de nombreux...

123 Soleil : 8 MARS 2020, RÉALISEZ !
C’est la nouvelle date de 123 Soleil pour un tournage qui réunira 6 spectateurs d’Utopia et 6 jeunes réfugiés dans un lieu encore tenu secret sur Avignon. Une journée entière dédiée à la pratique cinématographique sans limite d’âge ni de langage, mais un casting 100% féminin du côté des spectateu...

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

LILLIAN

Écrit et réalisé par Andreas HORVATH - Autriche / USA 2019 2h10 VOSTF - avec l'extraordinaire Patrycja Planik entourées de « vrais gens », dont le producteur du film qui joue rôle d'un méchant...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LILLIANRésumer en quelques lignes ce premier long métrage inclassable, c’est risquer de le trahir. À l’instar de son héroïne, le réalisateur s’affranchit de toutes les barrières pour nous offrir un road movie atypique, tout à fait captivant, intrigant et totalement libertaire.
Tout débute par un étrange entretien d’embauche. Lillian ne baisse pas les yeux devant son potentiel employeur, ne joue pas le jeu de la séduction, ne quémande rien, tête haute. D’emblée la jeune femme, belle et indomptable, inverse le rapport de force avec celui qui est le prototype même du mâle dominant, habitué à être supplié et à en faire ses choux gras. Sans même avoir pris la route, Lillian sort déjà des sentiers battus.



Cette première scène campe en quelques secondes ce très beau personnage viscéral et organique, qui n’a pas peur de ses hormones et n’a pas fini de nous dérouter. Pourquoi se met-elle en marche ? On n’en aura jamais l’explication verbale. On ne connaîtra que sa destination finale : elle part de New York à pied pour rejoindre sa Russie natale, comme poussée par un instinct impérieux. De bout en bout, les silences de Lillian seront plus éloquents que ses mots, laissant toute la place aux climats et aux discours ambiants, prononcés en arrière-plan par d’autres. Progressivement ils s’installent en nous, jusqu’à nous faire voyager dans un univers sensoriel plus parlant que n’importe quels mots. On ne fait pas qu’observer l’Amérique profonde, on est imprégnés par son odeur, par ses pensées. Atomisés par la beauté de ses paysages grandioses, émus par ses campagnes industrieuses et pourtant pouilleuses, subjugués par sa frénésie productiviste, son indigence culturelle parfois. Nous voilà, à l’instar de Lillian, saturés de malbouffe et de mauvais sodas, abrutis par la radio qui diffuse en continu blagues limites et conseils météorologiques. « Il est temps de tondre la pelouse » nous conseille-t-on, « de sortir le barbecue, puis de le rentrer et de plier les transats ». Pendant ce temps Lillian marche, d’un pas tenace, hypnotique, insensible au soleil qui plombe, à la pluie qui transperce, à la neige qui paralyse. Ignorante de ceux qu’elle croise durant quelques instants fugaces, désormais indifférente aux rares mains tendues. Étrangère au restant de l’humanité, comme elle semble l’être devenue à elle-même. Au fil de sa progression, elle abandonnera derrière elle, comme de vieux oripeaux, ses efforts pour paraître, pour correspondre aux standards sociétaux.

Lillian incarne alors le symbole d’une liberté sauvage, cinglante, qui n’a plus de comptes à rendre aux institutions hostiles, ni aux religions qui partout placardent bienveillance, promesses d’un avenir meilleur, mais c’est toujours ailleurs, toujours pour plus tard.
L’histoire de Lillian, notre contemporaine, prend racine dans celle bien réelle d’une femme (sans doute atteinte de dromomanie, impulsion irrésistible à se déplacer) qui entreprit le même périple un siècle plus tôt et parcourut à pied des milliers de kilomètres. C’est l’histoire universelle, véridique, atemporelle, d’une migration inversée. Alors que les premiers indo-européens, il y a 30 000 ans, venaient peupler le continent américain en passant le détroit de Béring, elle fit le chemin inverse, pour un voyage sans retour.
Le travail particulier de la mise en scène, qui puise sa source dans les codes et les techniques du documentaire et a laissé une large part à la spontanéité des rencontres (beaucoup de scènes ont été tournées sur le vif), insuffle à cette fiction une part de réalisme troublant. Insensiblement, on s’attache à cette anti-héroïne, qui restera à tout jamais drapée dans son mystère, on est touchés par son courage farouche, sa force fragile. Au bout du chemin, elle nous sera aussi familière qu’une part de nous-même, qu’on ne pourra oublier.