LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Voici donc la liste des nouveautés au « ciné-déconfiné »
Nous avons travaillé avec cœur et ardeur (vous nous connaissez) pour que la reprise se passe dans les meilleures conditions sanitaires pour le public et l’équipe, sans stress excessif ni désinvolture déplacée. • Il y aura un décalage important entre chaque séance et chacune des salles pour que vo...

Collectif 23h59
Madame la Maire,Tout vient à point à qui sait attendre, car il aura fallu une année : le Collectif 23h59 (en passe de se transformer en association s’assignant pour mission de veiller à la bonne santé du quartier de la Manutention) a pu constater que la Ville a su répondre avec profit aux criti...

Le Café Citoyen
Le Café Citoyen a poursuivi ses activités pendant le confinement et a repris ses soirées, les lundis soirs, à partir de 18h30, tous les 15 jours. Nous nous retrouvons pour échanger, réfléchir ensemble, et faire du concret (envisager des actions communes). Nous débattons de tous sujets...

Que les spectacles recommencent ! Et on ouvre les portes !
Le Théâtre du Chêne Noir a hâte de vous retrouver en septembre pour une nouvelle saison foisonnante, riche en théâtre, musique, conférences et humour, avec Eric-Emmanuel Schmitt, Denis Lavant, Patrick Timsit Alain Manoukian, Pierre Notte, Swann Arlaud, Maxime d’Aboville, Luc Ferry, Naïm, Rémi Charma...

123 Soleil
Nous sommes toutes et tous très heureux de vous retrouver après cette période de confinement. Nous en avons profité pour mettre à disposition tous nos films sur le site helloasso.com en offrant les contributions à l’association Rosmerta. Bilan de l’opération : 2700 € ! Un formidable s...

LE CAPITAL AU XXIe SIÈCLE

Justin PEMBERTON et Thomas PIKETTY - documentaire France / Nouvelle-Zélande 2019 1h43 VOSTF - D'après son livre du même titre.

Du 01/07/20 au 04/08/20

LE CAPITAL AU XXIe SIÈCLE« Quand Justin Pemberton et la production néo-zélandaise m’ont proposé ce projet, je me suis dit que c'était un moyen extraordinaire de toucher un public à la fois différent et plus large – et, surtout, de recourir à une autre forme d'expression pour parler du capital au xxie siècle. Je crois à la langue des sciences sociales, mais j'estime aussi qu'elle est insuffisante et qu'elle doit être complétée par le langage des romans, de la BD, de la culture populaire, de l’Art en général. Cependant, je tiens à préciser que je ne suis pas devenu réalisateur ! Je suis auteur et chercheur en sciences sociales. Mais, à mon avis, le film est un complément formidable au livre… » Thomas Piketty




C’est un art véritable que de mettre à portée d’entendement des simples mortels les théories économiques complexes que s’attachent à démontrer de grands universitaires, chercheurs internationaux. Et ils ne sont pas moins d’une quinzaine à apparaître dans ce documentaire. Des Français, des Anglais, des Américains, des Néo-Zélandais…
Tous ensemble nourrissant notre réflexion autour des inégalités sociales, sur les mécanismes de répartition des richesses dans les pays développés depuis le xxie siècle, remettant en cause l’hypothèse de Kuznets établie dans les années 1950 qui laissait à penser que le développement économique s’accompagnait mécaniquement d’une baisse des inégalités de revenu…
Tout défile vite, très vite… Grâce au rythme soutenu des images de Justin Pemberton, tantôt pop, tantôt d’archives, qui plongent dans les racines du mal, non seulement on a l’impression qu’on a toujours su les choses, et même un peu trop connu, mais qu’elles sont d’une évidence et d’une simplicité extrêmes. Il ne nous resterait donc plus qu’à appliquer les solutions proposées pour réguler tout ça, améliorer le présent et le futur de l’humanité. Mais des théories à la pratique, il n’y a pas qu’un pas.
D’autant que l’hydre du capitalisme a de multiples têtes inaccessibles. Et c’est là qu’on peut ne plus être tout a fait d’accord avec Thomas Piketty : faut-il n’en couper qu’un peu, ou occire définitivement la bête ? Et comment s’y prend-on ? Vaste question…