LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Voici donc la liste des nouveautés au « ciné-déconfiné »
Nous avons travaillé avec cœur et ardeur (vous nous connaissez) pour que la reprise se passe dans les meilleures conditions sanitaires pour le public et l’équipe, sans stress excessif ni désinvolture déplacée. • Il y aura un décalage important entre chaque séance et chacune des salles pour que vo...

Collectif 23h59
Madame la Maire,Tout vient à point à qui sait attendre, car il aura fallu une année : le Collectif 23h59 (en passe de se transformer en association s’assignant pour mission de veiller à la bonne santé du quartier de la Manutention) a pu constater que la Ville a su répondre avec profit aux criti...

Le Café Citoyen
Le Café Citoyen a poursuivi ses activités pendant le confinement et a repris ses soirées, les lundis soirs, à partir de 18h30, tous les 15 jours. Nous nous retrouvons pour échanger, réfléchir ensemble, et faire du concret (envisager des actions communes). Nous débattons de tous sujets...

Que les spectacles recommencent ! Et on ouvre les portes !
Le Théâtre du Chêne Noir a hâte de vous retrouver en septembre pour une nouvelle saison foisonnante, riche en théâtre, musique, conférences et humour, avec Eric-Emmanuel Schmitt, Denis Lavant, Patrick Timsit Alain Manoukian, Pierre Notte, Swann Arlaud, Maxime d’Aboville, Luc Ferry, Naïm, Rémi Charma...

123 Soleil
Nous sommes toutes et tous très heureux de vous retrouver après cette période de confinement. Nous en avons profité pour mettre à disposition tous nos films sur le site helloasso.com en offrant les contributions à l’association Rosmerta. Bilan de l’opération : 2700 € ! Un formidable s...

La projection du jeudi 2 juillet à 20h sera suivie d’une discussion avec des membres du cinéma.

UN FILS

Écrit et réalisé par Mehdi M. BARSAOUI - Tunisie 2019 1h36 VOSTF - avec Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah, Youssef Khemiri, Noomen Hamda...

Du 01/07/20 au 21/07/20

UN FILSLe titre de ce remarquable premier film est intelligemment trompeur, car la figure du fils ne sera pas tant le centre du motif que le fil conducteur autour duquel gravitent les principaux protagonistes. Ce dont il s’agit, c’est de ce lien invisible qui relie un homme et une femme, bien au-delà de la notion de couple : la mystérieuse et viscérale sensation d’être parents. Mais le réalisateur n’en reste pas là, car en filigrane il pose également la question des rôles en général et celui du patriarcat en particulier, qui fige les rênes du pouvoir, depuis des générations, entre des mains masculines.



L’action se situe en Tunisie, pendant l’été 2011, peu après la chute de Ben Ali, ce qui, sans que ce soit appuyé, donne une ampleur politique et sociétale à l’intrigue. Il fallait un casting d’une justesse impressionnante pour que tout cela soit suggéré sans être lourdement souligné, pour qu’on puisse lire entre les lignes. Il fallait un grand acteur comme Sami Bouajila, qu’il déploie tout son art pour qu’on pénètre dans la tête de son personnage, un père habitué à ne jamais se plaindre, à être un roc, le pilier rassurant en toutes circonstances, cachant ses états d’âmes et la panique qui monte…
Ce jour-là, on pique-nique agréablement en pleine nature, sous un soleil complice. Un entre-soi cosy, entre amis modernes, ouverts d’esprits, fiers d’avoir piétiné les fantômes du passé. Encore qu’un spectateur extérieur pourrait douter de leur engagement actif dans la révolution : on imagine en effet mal cette classe sociale largement aisée dans la rue ou les mains manucurées dans le cambouis. Leur vie semble naturellement facile, leur univers bien protégé sous le plafond de verre, derrière les pare-brises de leurs luxueuses bagnoles, dont le gros du peuple n’aurait même pas les moyens de s’offrir une roue… La suite va prouver l’inverse à Farès (Sami Bouajila) et à son épouse Meriem (excellente Najla Ben Abdallah). En attendant elle fête sa promotion professionnelle. Autour de quelques verres tous rient, échangent des blagues et commentent sans conviction l’actualité. Ici c’est leur petit coin de paradis, loin des tourments du pauvre monde. Ici on peut laisser gambader les mômes sans trop les surveiller, se laisser aller aux confidences, loin des oreilles indélicates. Puis c’est l’heure de reprendre la route pour retourner au bercail. Farès et Meriem, sur la lancée de cette belle journée qui s’achève, gazouillent encore tel un couple d’inséparables prévenants et jamais lassés l’un de l’autre. À l’arrière, Aziz, leur fils de neuf ans, exulte, tout autant épanoui, réclamant qu’on monte le son. Les trois se trémoussent en rythme, chantant à tue-tête. Il aura suffi de quelques minutes passées en compagnie de cette petite famille modèle pour percevoir la belle complicité qui règne entre eux et la fierté de Farès envers son fils adoré. Il suffira de quelques secondes, d’une balle perdue entre deux bandes armées, pour que le futur semble voler en éclat…

Voilà les deux parents au chevet d’Aziz, grièvement blessé. Habitués à ce que tout leur réussisse, que rien ne résiste à leur pouvoir d’achat, les voilà qui fulminent et qui maudissent l’hôpital local qui n’a pas les moyens de celui d’une capitale, la lenteur des soins, les analyses qui n’arrivent pas et qui ne diront pas ce qu’ils veulent entendre, révéleront même un secret… qu’on vous laisse découvrir. La caméra filme en scope et ne lâche pas les protagonistes, les pousse dans leurs retranchements, jusqu’à nous immerger au plus proche de leurs états d’âmes, de leur déshérence. Mais jusqu’où peut-on se voiler la face, refuser d’affronter la vérité, jusqu’où peut-on aller pour sauver son enfant, quel prix est-on prêt à payer ?