LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Gazette post-covid no3
Donc on récapitule : à Avignon, à ce jour en zone rouge, on maintient toujours un fauteuil de libre de chaque côté d’une personne ou d’un groupe et le port du masque est obligatoire au cinéma même pendant les séances. À ce propos nous voudrions rassurer le monsieur de l’autre jour, récalcitrant...

« ciné-déconfiné » Ce qui a changé et ce qu’il faut respecter
• Il y a un décalage entre chaque séance pour que vous vous croisiez le moins possible.•.• Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance..• L’équipe est masquée (mais tout à fait reconnaissable).• L’heure c’est l’heure et VRAIMENT l’heure : aucun retard ne...

Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par Ulule et Lilo !
Après tant de rencontres animées dans nos salles sur l’écologie, on s’est dit qu’il était temps de passer à l’action et d’impulser une véri-table nouvelle génération de ciné-mas respectueux de l’environnement ! ... Lire Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par...

L’association 100 pour 1
L’association 100 pour 1 choisit de faire vivre la soli-darité en privilégiant l’action concrète depuis 2016. Grâce à ses adhérents qui s’engagent à verser au minimum 5€ par mois pendant 2 ans, elle procure gratuitement un logement à des familles migrantes sans papiers et les accompagne dans la rech...

Le Collectif 23h59 communique :
Comme annoncé en des temps très anciens datant d’avant le fameux Monde d’après, dans une précédente gazette, le Collectif 23h59 avait décidé de se muter en association pour poursuivre son action dans la continuité de sa propre histoire qui avait jadis duré plusieurs mois. Ces temps de guerre travers...

WHITE RIOT

Rubika SHAH - documentaire GB 2020 1h21 VOSTF - avec The Clash, Steel Pulse, The Selecter, Tom Robinson, Sham 69 et les membres du RAR... Écrit par Ed Gibbs et Rubika Shah.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

WHITE RIOTWhite riot, c’est d’abord une chanson, un tube incendiaire sur trois accords, un hymne punk sorti en 1977 sur le premier album d’un des plus grands groupes de rock anglais de tous les temps : The Clash. Emmené par son leader charismatique, chanteur et guitariste Joe Strummer, le groupe fait souffler un vent de rébellion sur la Grande-Bretagne de l’époque. À travers des paroles contestataires, qui évoquent les classes sociales et les communautés, il incite la jeunesse à se rebeller pour une vraie cause. « Vous plierez-vous aux ordres ou prendrez-vous le dessus ? Allez-vous reculer ou irez-vous de l’avant ? » Le ton est donné, car l’heure est grave.
Dix ans plus tôt en effet, le député conservateur Enoch Powell demande dans un discours l’arrêt immédiat de l’immigration en Angleterre, un appel direct à la haine raciale qui va se propager comme une traînée de poudre dans la culture, la politique et les quartiers populaires du pays. Le 4 juin 1976, dans l’East End de Londres, Gurdip Singh Chaggar, étudiant sikh de 18 ans, est assassiné par de jeunes néo-fascistes. C’est le début d’une série d’agressions racistes contre les populations d’origine indienne et jamaïcaine. L’extrême droite est aux portes du pouvoir.



Le photographe Red Saunders, se sentant trahi en voyant les grandes figures du rock (David Bowie, Eric Clapton, Rod Stewart en tête) faire cause commune avec ces opinions réactionnaires, décide de passer à l’action. En 1976, il crée avec un petit groupe d’artistes et d’activistes dont le graphiste Roger Huddle et la journaliste Kate Webb, le mouvement Rock Against Racism, le RAR. Une protestation farouche contre la pensée dominante qui va s’organiser à travers des actions concrètes : création de fanzines, distribution de tracts, organisation de concerts militants où des groupes de punk et de reggae jouent sur la même scène, sabotage des marches anti-immigration organisées par le National Front.
En avril 1978, à Londres, le RAR et l’Anti-Nazi League organisent le Carnival Against Racism, une marche à travers Trafalgar Square, qui se termine par un concert géant à Victoria Park. À la surprise des organisateurs, c’est presque 100 000 personnes qui participent à cette manifestation, dont beaucoup de jeunes d’à peine vingt ans qui sont venus de loin pour rallier la capitale.

L’aventure de Rock Against Racism, avec The Clash en première ligne, va réconcilier sur des rythmes punk, rock ou reggae, toutes les communautés d’un pays en crise. C’est cette histoire que raconte ce documentaire formidable, une histoire exaltante qui résonne aujourd’hui plus fort que jamais.