LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Pendant ce temps-là, sur la planète cinéma...
ON NAGE EN PLEIN PSYCHODRAME. Le Miracle Tenet n’a pas eu lieu. En effet, s’il a enregistré de fort belles entrées pour un blockbuster intello et déroutant, le film n’a pas pu – ou pas su – sauver à lui tout seul un système au bord du gouffre. No time to die et surtout pas du Coronavirus.L...

Gazette post-covid no3
Donc on récapitule : à Avignon, à ce jour en zone rouge, on maintient toujours un fauteuil de libre de chaque côté d’une personne ou d’un groupe et le port du masque est obligatoire au cinéma même pendant les séances. À ce propos nous voudrions rassurer le monsieur de l’autre jour, récalcitrant...

« ciné-déconfiné » Ce qui a changé et ce qu’il faut respecter
• Il y a un décalage entre chaque séance pour que vous vous croisiez le moins possible.•.• Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance..• L’équipe est masquée (mais tout à fait reconnaissable).• L’heure c’est l’heure et VRAIMENT l’heure : aucun retard ne...

Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par Ulule et Lilo !
Après tant de rencontres animées dans nos salles sur l’écologie, on s’est dit qu’il était temps de passer à l’action et d’impulser une véri-table nouvelle génération de ciné-mas respectueux de l’environnement ! ... Lire Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par...

L’association 100 pour 1
L’association 100 pour 1 choisit de faire vivre la soli-darité en privilégiant l’action concrète depuis 2016. Grâce à ses adhérents qui s’engagent à verser au minimum 5€ par mois pendant 2 ans, elle procure gratuitement un logement à des familles migrantes sans papiers et les accompagne dans la rech...

NEVER RARELY SOMETIMES ALWAYS

Écrit et réalsé par Eliza HITTMAN - USA 2019 1h42 VOSTF - avec Sidney Flanigan, Talia Ryder, Theodore Pellerin, Sharon Van Etten...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NEVER RARELY SOMETIMES ALWAYSNe ratez pas ce petit bijou d’intelligence et de sensibilité qui se cache sous un titre un peu sibyllin et qui sort en salles dans le creux de l’été. Il est à craindre qu’il passe un peu inaperçu, ce serait plus que dommage !

Dans la première scène, troublante, on découvre Autumn, 17 ans, à la fête de fin d’année de son lycée : elle interprète une chanson très personnelle, devant une assemblée de camarades de classe mi-goguenards, mi-méprisants… On comprend vite qu’Autumn, relativement discrète et introvertie, mène, dans sa petite ville sans histoire et sans intérêt de Pennsylvanie, une existence morose entre le lycée, où elle ne fait pas partie des filles « populaires », un petit boulot de caissière aux côtés de sa cousine à peine plus âgée et une famille où tout n’est pas au beau fixe : sa mère fait ce qu’elle peut mais ne peut pas grand-chose, et son beau-père ne lui inspire aucun sentiment particulier et c’est réciproque. C’est la vie très ordinaire de cette jeunesse des classes populaires de l’Amérique profonde, qui se sent souvent délaissée et isolée. Partout et tout le temps, Autumn doit faire face au sexisme des hommes, à la vulgarité des lycéens, aux manœuvres de son chef à la supérette qui profite de la remise des caisses pour arracher une caresse, aux blagues salaces de son beau-père qui feraient passer Bigard pour un émule de Proust.



Et puis un jour, la vie d’Autumn va basculer lorsqu’elle apprend, par un test de grossesse positif, qu’elle est enceinte. Dans les États-Unis gangrenés par la pensée néoconservatrice et « pro life », il est plus facile pour une adolescente d’acheter un fusil d’assaut que de se faire avorter sans le consentement de ses parents. Autumn et sa cousine, après avoir dérobé quelques billets dans la recette de la supérette, vont donc prendre un bus pour New York : trois heures de route pour trouver un endroit où pouvoir avorter en tout anonymat.
Dans une veine qui pourrait évoquer le néoréalisme des premiers Cassavetes, le film, avec une remarquable économie de moyens et d’effets – trame simple, dialogues précis et jamais inutiles – raconte avec sobriété le parcours de combattante d’Autumn, sa détermination farouche en même temps que ses peurs et ses failles cachées. Le récit est surtout centré sur la très belle sororité entre les deux cousines, qui se passe le plus souvent de toute explication. La beauté du film et la montée de l’émotion résident dans des petits riens : quand, dans son centre médical de Pennsylvanie totalement acquis à la cause anti-avortement, l’échographe annonce à Autumn « le plus beau son qu’elle entendra », le battement de cœur de son bébé, et qu’elle détourne son regard embué de larmes ; ou quand, dans un interrogatoire et décisif, on demande à Autumn si elle a subi telles ou telles pratiques « Jamais ? Rarement ? Quelquefois ? Tout le temps ? », ce qui donne son titre à ce film si sensible, qui révèle une jeune actrice sublime de délicatesse : Sidney Flanigan.