AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Pendant ce temps-là, sur la planète cinéma...
ON NAGE EN PLEIN PSYCHODRAME. Le Miracle Tenet n’a pas eu lieu. En effet, s’il a enregistré de fort belles entrées pour un blockbuster intello et déroutant, le film n’a pas pu – ou pas su – sauver à lui tout seul un système au bord du gouffre. No time to die et surtout pas du Coronavirus.L...

Gazette post-covid no3
Donc on récapitule : à Avignon, à ce jour en zone rouge, on maintient toujours un fauteuil de libre de chaque côté d’une personne ou d’un groupe et le port du masque est obligatoire au cinéma même pendant les séances. À ce propos nous voudrions rassurer le monsieur de l’autre jour, récalcitrant...

« ciné-déconfiné » Ce qui a changé et ce qu’il faut respecter
• Il y a un décalage entre chaque séance pour que vous vous croisiez le moins possible.•.• Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance..• L’équipe est masquée (mais tout à fait reconnaissable).• L’heure c’est l’heure et VRAIMENT l’heure : aucun retard ne...

Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par Ulule et Lilo !
Après tant de rencontres animées dans nos salles sur l’écologie, on s’est dit qu’il était temps de passer à l’action et d’impulser une véri-table nouvelle génération de ciné-mas respectueux de l’environnement ! ... Lire Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par...

GARÇON CHIFFON

Écrit et réalisé par Nicolas MAURY - France 2020 1h50 - avec Nathalie Baye, Nicolas Maury, Arnaud Valois, Théo Christine, Laure Calamy...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

GARÇON CHIFFONIl ne faut pas toujours se fier aux apparences… Prenez Garçon chiffon, sur le papier, ça pourrait n’être qu’une énième comédie branchée, tendance rive gauche, comme le cinéma français les aime (et nous aussi parfois d’ailleurs, nul n’est parfait) : milieu pour théâtreux, crises existentielles, trahisons et jalousie entre salon et chambre à coucher… Oui de tout cela, il sera bien entendu question… mais au-delà des postures, derrière les frisettes d’un ruban de bolduc doré. Car sous ses allures légères, ce Garçon chiffon cache un vrai cœur d’artichaut, un cœur tendre et généreux, bien moins arrogant et bien plus touchant qu’il n’y paraît. Certes dans ce film, il y a Paris, mais il y a aussi (et surtout) la province, et pas n’importe laquelle : le Limousin : là où tout a commencé pour Nicolas Maury et là, immanquablement, où le personnage principal de son premier film revient. Comme un retour aux sources, au bercail, au berceau, aux origines, au commencement.

Mais pour comprendre le pourquoi du comment, il nous faut revenir en arrière, en cette première scène presque burlesque où un jeune homme tiré à quatre épingles cherche avec une certaine angoisse dans les rues de Paris l’adresse d’un centre de… jaloux anonymes ! Jaloux, Jérémy l’est, et pas qu’un peu ! Chez lui, c’est même carrément pathologique : il en est convaincu, son homme, son amour, sa passion, le calme et ténébreux Albert, lui cache des choses. Cette jalousie lui empoisonne la vie mais il n’y peut rien, c’est plus fort que lui et quand la mécanique se met en place, il se transforme en redoutable scénariste. En bon amoureux paranoïaque, il n’a, par définition, jamais tort, mais pris au piège de ses propres élaborations psychiques, il souffre le martyre : aimer de la sorte, c’est épuisant pour soi et les autres. À cela s’ajoute une carrière de comédien qui peine à décoller, des rôles « essentiels » qui lui filent sous le nez et cette sale impression qu’il n’est jamais au bon endroit, à la bonne époque, au bon moment où il faut, bref : Jérémy va mal.
Dans de telles situations, certains se tournent vers la psychanalyse, les drogues, l’alcool ou la méditation… Jérémy va se tourner vers le Limousin. Dans le gîte tenu par sa mère (Nathalie Baye, touchante, attachante et délicieusement drôle), il retrouvera peut-être la sérénité perdue, l’apaisement de ses angoisses existentielles et le baume qui soulagera les griffures qu’il a lui-même infligées à son pauvre petit cœur.

Vous avez peut-être déjà croisé Nicolas Maury dans la série Dix pour cent ou au cinéma (Perdrix) et apprécié son jeu singulier, à la fois drôle et cinglant. Il signe ici son premier film et campe avec beaucoup de culot ce jeune homme à fleur de peau qui a quitté sa province natale pour vivre en cinémascope à Paris. Il nous offre une œuvre soignée et très touchante sur la difficulté à cultiver ses rêves. Comment la soif de l’amour absolu, pur et entier s’abîme sur les rives de la jalousie. Comment il est compliqué de vivre de son art et de se faire un nom dans un milieu qui ne fait pas de cadeaux. Mais plus que tout cela, c’est une déclaration d’amour au lien maternel. Dans la maison de son enfance et sous le regard bienveillant de sa mère qui l’aime comme au premier jour, sans conditions ni jugement, Jérémy retrouvera la force de traverser la tourmente et rebondir pour mieux déployer ses ailes. Avec une fantaisie folle, Garçon chiffon convie aussi bien Anne Sylvestre que Vanessa Paradis, et même Jacques Demy sera de la partie !