LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs. Le pass sanitaire n’est pas exigé.   Sur cette gazette nous vous proposons :Pour les écoles maternelles :Zébulon le dragon et les médecins volants, Les mésaventures de Joe, Mush-mush et le petit monde de la forêtPour les écoles primaires :...

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

APPEL A MUSIQUE !
APPEL A CHANSONS !   Appel aux groupes professionnels ou amateurs d’Avignon et alentours, pour égayer l’attente de nos spectateurs dans la salle Utopia RépubliqueMusiciens amatrices et amateurs, professionnelles et professionnels, seul en duo ou en groupe ! Vous ...

L’ATALANTE

Jean VIGO - France 1934 1h29 - avec Michel Simon, Dita Parlo, Jean Dasté... Scénario de Jean Vigo et Albert Riéra.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ATALANTELorsqu’il commence la réalisation de L’Atalante fin 1933, Jean Vigo se sait malade. Il supervise pourtant l’intégralité du tournage, ainsi que le début du montage avant d’abandonner la fin du travail à son monteur. Face au résultat et suite à quelques projections aux retours peu élogieux, la Gaumont décide de couper de nombreux passages et d’effectuer de nombreux changements. On remplace la musique de Maurice Jaubert par une chanson à la mode alors, Le Chaland qui passe, qui donnera son titre à cette nouvelle version.
Ce n’est qu’en 1990 que Gaumont effectue une restauration afin d’aboutir à la version la plus proche de celle qu’imagina Jean Vigo.
La grande singularité de L’Atalante, à l’époque et encore aujourd’hui, ne provient pas de son scénario assez classique au premier abord : nous suivons la vie d’un petit groupe de mariniers qui va être bouleversée lorsque Jean, le patron de la péniche L’Atalante, épouse la belle Juliette.

Avec un tel matériau de base, rien ne destinait cette œuvre à entrer éternellement dans le Panthéon du Septième Art. Mais c’était compter sans la poésie, le lyrisme de son auteur. La réalisation se permet toutes les audaces et fait voguer ses personnages sur un fleuve quasi-surréaliste : les images se superposent, les sons se distordent avec harmonie et le temps n’a plus de valeur…
Au final, on découvre à chaque vision de L’Atalante que Jean Vigo a réussi ici à toucher à quelque chose de pur, de puissant, de magique. Une sorte de miracle cinématographique que l’on ne cesse de voir et revoir afin d’en cerner le secret, en vain.

(S. Perret, blogs.médiapart.fr)