LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÉDITO : LE JEU DU CALAMAR
Ça vous aura probablement échappé, mais c’est un drôle de petit vent de panique qui a soufflé cet automne sur notre merveilleuse profession. L’espace de quelques jours, le temps s’est arrêté, les respirations se sont suspendues, l’Apocalypse menaçait, la mort des cinémas français, mille fois annoncé...

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs. Le pass sanitaire n’est pas exigé.   Sur cette gazette nous vous proposons :Pour les 3-5 ansLe LE NOËL DE PETIT LIÈVRE BRUN, EN ATTENDANT LA NEIGE Pour les 6-8 ansMAMAN PLEUT DES CORDESPRINCESSE DRAGON Pour les 8-10 ansLE PEUPLE LOUPLA CRO...

Montpellier. Strasbourg. Gonesse. Avignon. Quel point commun entre ces villes et tant d’autres ?
Le béton. Des projets inutiles. La soif des promoteurs et constructeurs, au nom de la croissance, pour notre confort et notre sécurité bien sûr… surtout ceux de leurs actionnaires !La Ceinture verte d’Avignon, véritable poumon pour les quartiers Sud, est menacée depuis 25 ans par un projet de r...

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

LA FRACTURE

Écrit et réalisé par Catherine Corsini - France 2021 1h38 - avec Valeria Bruni Tedeschi, Marina Foïs, Pio Marmai, Assiatou Diallo Sagna... Collaboration au scénario : Laurette Polmanss et Agnès Feuvre.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA FRACTUREOn se dit que c’est intenable, que ça va péter. C’est pas possible autrement. Que ce soit la cocotte-minute sociale qui n’en finit pas de monter dangereusement en pression, que ce soit l’hôpital public, qui a depuis longtemps dépassé la limite de la rupture, que ce soit le couple de Raphaela qui y est en plein, lui, dans la rupture : ça tangue, ça craque – mais on continue de charger, encore et encore. Mené avec une incroyable énergie, qui pourrait être celle du désespoir si l’on n’y décelait un irrépressible optimisme, une foi incorrigible dans la nature humaine, le film de Catherine Corsini est une entreprise ambitieuse, joyeuse, de ravaudage des plaies ouvertes de la société – celles-là même que la police du préfet Lallement s’efforce de soigner, samedi après samedi, au gaz lacrymogène et au LBD. Cerise sur le gâteau, Catherine Corsini réussit avec La Fracture l’alchimie parfaite entre une radiographie sociale pertinente, une tension dramatique à la limite du thriller et une comédie d’une irrésistible drôlerie.



Nous sommes donc à Paris, au cours de l’hiver 2019. La vie politique et médiatique du pays est rythmée par les manifestations hebdomadaires du mouvement social protéiforme dit des « gilets jaunes », déclinées en « actes » qui voient, semaine après semaine, la répression se muscler. Ce samedi-là, après une nuit d’insomnie passée à l’agonir d’insultes par sms, Raphaela, épuisée, paniquée, ferait n’importe quoi pour que Julie ne la quitte pas. Tellement n’importe quoi qu’en essayant de la retenir, elle se retrouve les quatre fers en l’air au beau milieu de la rue, le coude faisant un angle improbable avec son bras : et hop ! Direction les urgences. Ce samedi-là, Yann, routier précaire en déroute, gilet jaune de province, a détourné le semi-remorque de son patron et traversé la France pour grossir la foule des manifestants. Manque de bol, sa manif est écourtée par la déflagration d’une grenade qui lui déchiquète la jambe : et hop ! Direction les urgences. Ce samedi-là, Kim, infirmière, prend justement son service aux urgences, enchaînant son dixième, vingtième ?… bref, enchaînant sans plus les compter les jours de présence à l’hôpital. Bienvenue, donc, aux urgences de l’hôpital Saint-Antoine. Le film, plongée en apnée dans un service engorgé par l’afflux de blessés qui viennent se rajouter à la cohorte des accidents, des bobos, des drames quotidiens, est un tourbillon incessant, qui file de salles d’attente engorgées en salles de soin où l’on répare à flux tendu, le long de couloirs où se pressent des théories de brancards mis en attente… Là, la rencontre improbable entre le camionneur provincial et la dessinatrice bourgeoise parigote va produire son lot d’étincelles. L’interprétation est impeccable, on est bluffé par Assiatou Diallo Sagna, véritable infirmière, qui donne au personnage de Kim toute sa force et tout son engagement. Quant à Valeria Bruni Tedeschi (Raf), sur qui repose de bout en bout tout le comique du film, elle est impériale, en permanence au bord de la sortie de route.

Au cœur du projet du film de Catherine Corsini, il y a sans aucun doute cet épisode, dramatique, des manifestations du 1er mai 2019 à Paris. Un groupe de manifestants, pris au piège par les forces de l’ordre, avait, selon le ministre de l’Intérieur de l’époque, « attaqué » l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (version vite démentie par les images et les témoignages). Aux accusations mensongères, portées par les pouvoirs publics et la direction de l’AP-HP, de tentative de dégradation volontaire du service des urgences, la réalisatrice oppose le constat, irréfutable, de la casse intérieure du système de santé et de l’hôpital public. À rebours du discours médiatique dominant faisant état des fractures prétendument irréparables de la société, elle propose une réponse d’une évidente simplicité, à base de rencontre, d’écoute et de dialogue pour vaincre les préjugés. Vous l’aurez compris : c’est formidable !