LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

LE PEUPLE LOUP

Tomm MOORE et Ross STEWART - film d'animation Irlande 2020 1h40 VF - Scénario de Will Collins. Pour les enfants à partir de 7 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE PEUPLE LOUPC’est un film que l’on attendait depuis presque un an puisque ce devait être notre dessin animé vedette de Noël 2020 ! Une merveille d’animation artisanale et minutieuse, amoureusement fignolée, signée par Tomm Moore et Ross Stewart, auteurs des déjà très beaux Brendan et le secret de Kells et Le Chant de la mer, qui achèvent leur trilogie irlandaise avec cet ultime opus s’inspirant directement des contes et légendes qui ont nourri leur enfance et des paysages qu’ils connaissent par cœur, puisque l’histoire se déroule à Kilkenny, leur ville natale.

Dans cette forteresse médiévale, en l’an 1650, force fait loi. Le Seigneur des lieux n’a de cesse de vouloir étendre son emprise sur la nature avoisinante et son obsession est d’exterminer coûte que coûte les loups qui vivent en meute depuis des siècles dans la forêt toute proche de la citadelle. Affirmer son pouvoir sur la bête, c’est asservir un peu plus le peuple, faire taire toute velléité de résistance et bannir à tout jamais du comté la magie des légendes qui bercent depuis les temps ancestraux l’imaginaire collectif. L’histoire ne le dit pas explicitement (les réalisateurs si), mais c’est aussi la lutte culturelle entre Anglais et Irlandais dont il est ici question. La jeune Robyn, onze ans, vit avec son père, un homme modeste dont la mission au service du Seigneur est de traquer sans relâche les loups. Virevoltante, curieuse et bien plus attirée par le maniement des armes que par les tâches domestiques auxquelles son sexe et sa condition la réduisent, la gamine voudrait suivre son père au cœur de la forêt, rêvant de liberté, de grands espaces, captivée par ces fables délicieusement inquiétantes…
Au cours d’une battue, elle va croiser le chemin de Mebh, étrange enfant à la crinière flamboyante. Mebh est fillette le jour et jeune louve la nuit… Elle ne le sait pas encore, mais Robyn vient de pénétrer dans l’univers magique des Wolfwalkers et elle n’est pas au bout de ses surprises…
Dès lors, il est clair que la menace ne vient pas des loups, mais bel et bien des hommes. Comme dans Brendan, comme dans Le Chant de la mer, la nature est ici omniprésente et le monde animal, indomptable, mystérieux, fascine les humains autant qu’il les effraie. C’est bien de son côté que sont la sagesse et la bonté et en cela, Le Peuple loup réussit le pari de ses auteurs de vouloir toucher, par cette légende ancienne, le public d’aujourd’hui. Car écouter et respecter le règne animal, entendre ce qu’il révèle de notre arrogance – une expansion sans limite, une domination destructrice – est une nécessité qui s’impose dans cette fable celtique autant que dans notre société contemporaine.

C’est donc un film d’animation majeur, à ne pas montrer aux tout petits car la meute peut être effrayante (même si les loups sont gentils), mais à partager sans hésiter en famille, tous les âges y trouveront matière à s’émerveiller, à sourire, à frémir, à s’émouvoir… Avec une fin fleurie et bienheureuse qui laissera une jolie trace colorée dans tous les esprits.