LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÉDITO Décembre 2021
Dans le département du Vaucluse disparaissent 400 à 500 hectares de terres agricoles chaque année, consommés par le tissu urbain, les zones artisanales, industrielles et commerciales, les réseaux routiers… Conséquence dramatique, la surface agricole du département diminue 3 fois plus vite qu’au...

ÉDITO : LE JEU DU CALAMAR
Ça vous aura probablement échappé, mais c’est un drôle de petit vent de panique qui a soufflé cet automne sur notre merveilleuse profession. L’espace de quelques jours, le temps s’est arrêté, les respirations se sont suspendues, l’Apocalypse menaçait, la mort des cinémas français, mille fois annoncé...

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs. Le pass sanitaire n’est pas exigé.   Sur cette gazette nous vous proposons :Pour les 3-5 ansLe LE NOËL DE PETIT LIÈVRE BRUN, EN ATTENDANT LA NEIGE Pour les 6-8 ansMAMAN PLEUT DES CORDESPRINCESSE DRAGON Pour les 8-10 ansLE PEUPLE LOUPLA CRO...

Montpellier. Strasbourg. Gonesse. Avignon. Quel point commun entre ces villes et tant d’autres ?
Le béton. Des projets inutiles. La soif des promoteurs et constructeurs, au nom de la croissance, pour notre confort et notre sécurité bien sûr… surtout ceux de leurs actionnaires !La Ceinture verte d’Avignon, véritable poumon pour les quartiers Sud, est menacée depuis 25 ans par un projet de r...

AU COEUR DU BOIS

Claus DREXEL - France 2021 1h30 - avec Isidro, Floria, Geneviève, Samantha...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AU COEUR DU BOISClaus Drexel, c’est un œil/caméra qui aime les belles gueules comme les gueules cassées, et n’oublie pas qu’une gueule peut être les deux à la fois. Souvenons-nous de Au bord du monde, son film sur les sans-abris parisiens. Il transforme notre regard sur le monde, nous fait plus attentifs, plus ouverts, moins gouvernés par nos préjugés. Il devient alors impossible de réduire un individu à sa catégorie d’appartenance : nul n’est réduit à n’être qu’un « sans-abri », un « sans papiers », un « prostitué »… Sa façon de filmer les protagonistes de ses films dégage une force émancipatrice, libère celles et ceux que la pensée dominante enferme dans des clichés. C’est une manière toute particulière d’appréhender les marges, la misère, sans misérabilisme, sans condescendance, sans jugement, en n’occultant pas la part lumineuse de ces humains finalement si proches de nous-mêmes, si familiers. Dans Au cœur du bois, tant les images splendides (signées par Sylvain Leser) que la bande son nous transportent ailleurs, tout comme la mise en scène non dénuée d’humour, de celui qui décrasse, fait du bien à l’âme, rend un peu meilleur.



Sous les frimas de l’automne, le bois de Boulogne semble d’une beauté irréelle, digne d’une forêt féérique à la Tolkien. Mais ici, point d’elfes, ni de trolls. Les êtres qui arpentent les sentiers forestiers sont d’une tout autre trempe, plus charnelle, définitivement humaine, même si parfois ils ont des voix de sirène et attirent les mortels dans leurs enlacements. C’est une chanson vibrante, interprétée par une belle qui semble tout droit sortie d’un film d’Almodóvar qui nous introduit au cœur du bois. On y rencontrera d’autres héros et héroïnes tous dignes des univers d’Herzog, de Lynch, d’un songe d’une nuit d’été, de contes de fées… Jusqu’à un lapin blanc qui pourrait sortir d’Alice au Pays des merveilles, s’il n’avait si forte poitrine et bas résille. Bienvenue dans le gotha des travailleuses et travailleurs de la prostitution, bien loin des poncifs liés à ce nom. Car nous allons voir des corps uniques, entendre des voix singulières. Pourquoi devient-on prostitué ou prostituée au bois ? Parce qu’on a eu une enfance malheureuse dira l’une, parce qu’on a eu une enfance heureuse dira une autre. Parce qu’on est plus en sécurité ici qu’en racolant sur internet dira une troisième. Après un passage dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes, dira un autre… Les raisons et les parcours sont multiples, la clientèle pas moins. Leur point commun : ils ou elles ont fait le choix de l’indépendance. Plus dur ? Oui mais cela protège un peu, car on découvrira que la loi sur la pénalisation du client n’a non seulement pas amélioré le sort des plus vulnérables, mais les a paupérisés, rendus plus précaires, sans du tout affaiblir les réseaux de prostitution auxquels aucun régime n’ose s’attaquer…

Est-on femme ou homme, est-on entre les deux ? Elles et/ou ils viennent de tous horizons, pays, milieux sociaux… là non plus, pas de standard. Quel que soit leur âge, il y a ceux et celles qui sont las de tapiner, d’autres qui ne s’imaginent pas arrêter ou encore revendiquent leur utilité sociale. Voyage truffé d’anecdotes ubuesques, de situations kafkaïennes : comme celle de la prostituée à qui l’on demandait de payer une taxe d’apprentissage…
Et la vie de famille dans tout ça ? Et l’amour ? Et bien ils sont là, n’en doutez pas, même s’ils prennent parfois des chemins inattendus… au cœur du bois ! Autant le dire tout de go, moi, ça me donne envie d’aller me promener du côté de Boulogne pour aller rencontrer toutes ces dignes et touchantes personnes… classées comme étant en marge de la société et qui pourtant en font bel et bien partie.