LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

SOUTENIR LA CULTURE AU LIBAN
Les bibliothèques publiques de Beyrouth jouent un rôle important dans la diffusion gratuite de la culture et de l’Art auprès de tous les publics, sans aucune distinction de sexe, d’origine ou de croyance. Ce sont des lieux de laïcité, d’égalité et de tolérance. Leur place est primordiale dans l...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

UN DRÔLE DE PAROISSIEN

Écrit et réalisé par Jean-Pierre MOCKY - France 1963 1h32 - avec Bourvil, Francis Blanche, Jean Poiret, Jean Tissier... D’après le roman Deo gratias, de Michel Servin.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN DRÔLE DE PAROISSIENGeorges Lachaunaye, fils d’une famille aristocratique et catholique ruinée, croit
recevoir un jour une révélation divine : pour subvenir aux besoins des siens, il va piller les troncs des églises…
C’est un Mocky bienveillant, presque tendre, qui brosse un univers fantaisiste et saugrenu avec un aimable rêveur un brin détraqué pour qui « tout est pur aux purs ». Le gag de la pêche aux pièces de monnaie (avec un caramel mâché au bout d’une ficelle !) est resté célèbre. Et les comédiens se régalent. Une petite troupe de fidèles apparaît (Bourvil, Francis Blanche, Jean Poiret…), que l’on va retrouver dans les films suivants du réalisateur.(Télérama.fr)