LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

THE TRUMAN SHOW

Peter WEIR - USA 1998 1h43 VOSTF - avec Jim Carrey, Ed Harris, Laura Linney, Natasha McElhone... Scénario de Andrew Niccol.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE TRUMAN SHOWC’est un film fou et pourtant incroyablement sensé, de la science fiction extra-lucide. Une parabole jouissive sur l’identité, sur les média, sur l’identité (ré)inventée par les média – en 1998, on ne parlait pas encore de réseaux sociaux –, qui nous façonnent jusque dans nos pensées et nos états d’âme, qui finissent par nous convaincre que les billevesées dont ils nous gavent sont un idéal de bonheur… The Truman show a bientôt 25 ans et il est de ce point de vue d’une modernité sidérante.

C’est une ville piège, sur une île piège (clin d’œil patent à la série culte Le Prisonnier). Un univers fabriqué de toutes pièces par un démiurge dément qui y met en scène le plus fantastique reality-show du millénaire : un immense studio de tournage avec des caméras cachées partout. Tout y est bidon, des petites maisons trop clean à l’épicier du coin et au romantique coucher de soleil sur une mer de rêve. Bidon aussi tous les habitants, qui sont en réalité des comédiens chargés de canaliser l’action. Au milieu de tout ça, le dindon de la farce, le dupé, le manipulé, le seul qui ne sache rien : c’est Truman (magnifique Jim Carrey). Truman qui vit, depuis 30 ans qu’il est né, devant l’Amérique tout entière ébaubie : il tète, défèque, travaille, copule en direct sans se douter qu’il est le modèle de vie pour une population dont chaque minute de temps de cerveau disponible est vendu aux annonceurs qui financent le programme, une foule de téléspectateurs captifs qui s’excitent sur les premières amours de notre héros en sirotant un cola forcément Coca accoudés au bar du coin.
Mais comment Truman saurait-il, lui qui n’a même pas l’intuition qu’il existe un ailleurs à ce paradis de pacotille ? Tout sonne faux, depuis le sourire trop éclatant de sa rutilante femme, qui insiste lourdement sur les qualités de son nouveau cacao à la façon d’une pub, jusqu’à l’enthousiasme programmé de ses voisins d’en face… mais quand on est ainsi façonné depuis ses premiers balbutiements, on finit par tenir pour terriblement original d’être aussi conforme. Aussi Truman démarre-t-il chaque jour d’un pétaradant « Hello ! Have a nice day ! » qu’il imagine unique. Tout est écrit comme un scénario de spot publicitaire, mais pour Truman, tout est incontestablement réel.

Mais dans la vie impeccablement réglée de Truman, un jour, un petit truc qui ne colle pas va lui mettre la puce à l’oreille. Dans cet univers réglé au quart de poil, la moindre fausse note prend une résonance démesurée. Une petite incohérence de rien du tout, et voilà Truman inquiet, soupçonneux, qui vire parano… La conspiration se resserre : TRUMAN NE DOIT PAS COMPRENDRE ! Ça foutrait tout en l’air, une catastrophe pour la chaîne de télé qui a monté l’affaire, le diabolique qui en a fait sa carrière (Ed Harris, remarquable et inquiétant). Truman acceptera-t-il de continuer à gober les salades qu’on lui impose ? Ou dévidera-t-il l’écheveau qui le conduirait au cœur de la réalité vraie ?