LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du 17 décembre !
Vendredi 16 décembre en fin d’après-midi, le marché de Noël solidaire de Rosmerta ! Samedi 17 décembre en début d’après-midi, notre AG suivie d’une grosse fête !Et dimanche 18 décembre, on participe à la Journée Internationale des Migrants.... Lire Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du ...

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

LEO (Liaison Est Ouest) : la lutte paie
Au cœur de l’été, l’état a fait paraître un arrêté retirant le projet de la LEO dans les conditions proposées, suite au recours contentieux déposé par ses opposants l’été précédent. Il reconnaît sans le dire les errements et aberrations d’un projet obsolète, vieux de 30 ans mais néanmoins bâclé, et ...

À PROPOS DE JOAN

Laurent Larivière - France 2022 1h40 - avec Isabelle Huppert, Swan Arlaud, Lars Eidinger, Freya Mavor, Dimitri Doré, Éanna Hardwicke et la participation brève mais frappante de Florence Loiret Caille... Scénario de François Decodts et Laurent Larivière.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

À PROPOS DE JOANC’est la nuit, la route, une automobile roule sous la pluie, et au volant, Joan Verra (Isabelle Huppert) se souvient, se raconte, face caméra. Un coup de foudre dans sa jeunesse (l’héroïne est alors incarnée par Freya Mavor) pour le pickpocket irlandais Doug (Éanna Hardwicke), une idylle romantique se terminant entre les murs d’une prison avant un retour en France, enceinte, et une vie de fille-mère célibataire. Quelques années plus tard, ce sera sa propre génitrice (Florence Loiret Caille dans un petit rôle japonisant) qui abandonnera sa famille. Devenue éditrice, Joan se prendra ensuite d’affection pour le très anticonformiste romancier allemand Tim (Lars Eidinger).
Et pendant tout ce temps grandit Nathan, son fils unique et chéri (interprété successivement par Louis Broust, Dimitri Doré et Swann Arlaud). Sans oublier une rencontre surprise avec un Doug désormais vieux. Car les sentiments n’ont pas d’âge dans les souvenirs qui resurgissent et qui en cachent d’autres… Mais sont-ils pour autant tous fidèles à la réalité ?
Jouant avec les strates temporelles, À propos de Joan est une œuvre beaucoup plus curieuse que ne le laisse présager son apparence initiale, assez « classique ». S’autorisant même quelques très audacieuses incursions oniriques, le film, qui voyage de la côte irlandaise à la campagne française, en passant par Paris et Cologne, se révèle un bizarre et intéressant cocktail de genres et de tonalités.

C’est Isabelle Huppert qui est le centre et le moteur de ce récit à tiroirs, de ces souvenirs qui se dévident et parfois se chevauchent. La comédienne assume ce rôle pivot avec son charisme habituel et sa faculté quasi-surnaturelle à défier le temps : si elle ne personnifie pas le personnage dans sa vingtaine (à l’impossible nul n’est tenu), elle le prend en charge comme qui rigole dans sa petite quarantaine, perruque blond platine, lèvres rouges, perfecto noir, pétulante, espiègle, et l’amène jusqu’à l’âge qui est actuellement le sien et qu’on a bien du mal à définir. Dans ce film qui se nourrit des histoires qu’on raconte – qu’on se raconte –, Huppert transporte avec elle toutes les vies qu’elle a incarnées au fil de ses innombrables rôles, si bien que cette fiction vagabonde aurait pu tout aussi bien s’appeler « À propos d’Isabelle » qu’À propos de Joan
(avec l’aide de cineuropa.org)