LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du 17 décembre !
Vendredi 16 décembre en fin d’après-midi, le marché de Noël solidaire de Rosmerta ! Samedi 17 décembre en début d’après-midi, notre AG suivie d’une grosse fête !Et dimanche 18 décembre, on participe à la Journée Internationale des Migrants.... Lire Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du ...

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

LEO (Liaison Est Ouest) : la lutte paie
Au cœur de l’été, l’état a fait paraître un arrêté retirant le projet de la LEO dans les conditions proposées, suite au recours contentieux déposé par ses opposants l’été précédent. Il reconnaît sans le dire les errements et aberrations d’un projet obsolète, vieux de 30 ans mais néanmoins bâclé, et ...

LA GRANDE CHAMAILLE

Également au programme - CRESCENDO

L’ÉNERGIE POSITIVE DES DIEUX

Écrit et réalisé par Laetitia Møller - France 2021 1h10 - avec les membres du groupe Astéréotypie...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ÉNERGIE POSITIVE DES DIEUXLeur musique est une déferlante de rock électrique. Leurs textes assènent une poésie sauvage. Accompagnés de quatre musiciens, Stanislas, Yohann, Aurélien et Kevin sont les chanteurs du groupe Astéréotypie. Rejoints à l’occasion par une cinquième, Claire (notamment dans leur dernier album au titre imparable : Aucun mec ne ressemble à Brad Pitt dans la Drôme). C’est un cri de liberté emportant tout sur son passage que restitue ce formidable documentaire débordant d’énergie et d’humour, qui capte le quotidien de ce groupe de rock hors du commun, entre répétitions, créations, représentations et questionnements personnels.



Issus d’un Institut Médico-Educatif, ces jeunes autistes, tous différents, portent en eux un univers qui leur est propre, et qu’ils répercutent au cœur de leur processus créatif. Encouragés par Christophe L’Huillier, un musicien-éducateur plus passionné d’art brut que de techniques éducatives, ces 4 fantastiques dévoilent alors une impressionnante capacité d’écriture et d’interprétation de leurs textes. Christophe est à la fois celui qui transforme, canalise et surtout celui qui lit entre les lignes, décryptant ce qu’il se passe dans l’esprit de ces jeunes qu’il connaît intimement. Il est le premier à déplacer son regard et sa médiation nous aide à changer d’optique. « Tout ce qui nourrit leur imaginaire se retrouve dans leurs textes », souligne la réalisatrice Laetitia Møller. « Yohann, par exemple, est passionné par les transports et les présentateurs de télévision. Stanislas connaît par cœur tout ce qui se rapporte aux présidents de la République, aux Citroën C5, aux avions et il est fasciné par les Américains… » Et elle ajoute : « En les découvrant, j’ai été saisie d’une violente émotion. Ce groupe que je savais composé d’autistes défiait toutes mes représentations. Ils dégageaient une énergie brute. Ils n’interprétaient pas la musique, ils l’incarnaient. Il se passait là, sous nos yeux, quelque chose auquel nous n’étions pas habitués, quelque chose de puissant et fragile à la fois. L’émotion qui est venue me percuter ce jour-là est le point de départ de ce documentaire. »

L’authenticité du film tient en effet dans le fait de montrer des autistes sans jamais tomber dans le pathos. La réalisatrice porte ainsi un regard juste et sensoriel sur ses personnages et donne à voir leur puissance : la façon dont Stanislas projette les mots dans l’air comme des uppercuts, celle dont Yohann se laisse habiter par les vibrations de la basse. L’Énergie positive des dieux (plus beau titre de film de l’année, non ?) est une invitation à modifier notre vision des choses : il ne s’agit pas ici de voir comment des autistes pourraient s’adapter à notre société, mais bien de nous interroger sur leur singularité et sur notre propre (a)normalité. Puissant, captivant, touchant et terriblement rock’n’roll !