LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du 17 décembre !
Vendredi 16 décembre en fin d’après-midi, le marché de Noël solidaire de Rosmerta ! Samedi 17 décembre en début d’après-midi, notre AG suivie d’une grosse fête !Et dimanche 18 décembre, on participe à la Journée Internationale des Migrants.... Lire Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du ...

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

LEO (Liaison Est Ouest) : la lutte paie
Au cœur de l’été, l’état a fait paraître un arrêté retirant le projet de la LEO dans les conditions proposées, suite au recours contentieux déposé par ses opposants l’été précédent. Il reconnaît sans le dire les errements et aberrations d’un projet obsolète, vieux de 30 ans mais néanmoins bâclé, et ...

Tous les dimanches vers 20h.

BOWIE, MOONAGE DAYDREAM

Écrit et réalisé par Brett MORGEN - documentaire USA 2022 2h20 VOSTF - avec David Bowie 1972, David Bowie 1976, David Bowie 1978, David Bowie 1984, David Bowie forever...

Du 21/09/22 au 20/12/22

BOWIE, MOONAGE DAYDREAM« C’est ce que vous faites dans la vie qui est important, pas le temps dont vous disposez, ou ce que vous auriez souhaité faire. » (David Bowie)

Depuis quelques années, les documentaires musicaux poussent comme des champignons et ce Moonage Daydream, consacré à David Bowie, est plutôt à classer dans la catégorie hallucinogènes. En tout cas, pour les petits veinards parmi nos collègues qui ont assisté à la projection du film à une séance de minuit pendant le Festival de Cannes, l’expérience a été totale et passionnante, un grand voyage, sans cesse surprenant, au cœur de l’univers d’un musicien, d’un créateur hors normes.

Le réalisateur Brett Morgen estime qu’il est « difficile de décrire Bowie », ce dernier ne « pouvant pas être défini ». « Il ne peut être qu’expérimenté. C’est pourquoi nous avons conçu Moonage Daydream de manière à ce que le film soit une expérience ». Au total, la production du documentaire – le premier autorisé par les ayants-droit depuis la mort de David Bowie en 2015 – a duré cinq ans, dont deux ans de recherches dans les archives mises à la disposition du réalisateur pour en extraire les moments les plus rares. Le film explore ainsi les différents parcours artistiques et spirituels de David Bowie au travers de plusieurs disciplines : la musique et le cinéma (en tant qu’acteur et scénariste), mais aussi le théâtre, la danse, la peinture, la sculpture… La narration se déploie en s’appuyant sur des images de concerts électrisantes (on s’y croirait !) et quarante-huit des morceaux les plus emblématiques du chanteur remasterisés pour l’occasion afin que l’expérience du spectateur soit la plus immersive possible.

Déjà auteur de plusieurs documentaires musicaux de référence (en particulier Kurt Cobain : Montage of Heck que nous avons projeté à Utopia), Brett Morgen ne choisit donc pas l’évidence biographique de se pencher sur le véritable berceau de David Jones (nom d’état civil de Bowie). Comme son titre l’indique, Moonage Daydream (d’abord le titre d’une magnifique chanson de l’album The Rise and fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars, sorti en 1972) débute ainsi dans un autre lieu de naissance : l’espace. Bowie déboule alors pendant plus de deux heures comme il a débarqué dans la vie de ses innombrables fans, tel un extraterrestre musical au look incroyable et à la musique furieuse et protéiforme : Space Oddity, Life on Mars?, Starman, The Prettiest star, Lady Stardust
Guidé par la voix off de Bowie lui-même (savant montage sonore de différentes interviews et déclarations données par l’artiste pendant sa carrière), le film nous transporte, à travers une multitude d’images d’archives, de Los Angeles à Berlin en passant par Singapour, Bangkok ou New York, à savoir les différents lieux de résidence de Bowie durant plus de cinq décennies.

En affirmant des changements fréquents de style, en proposant une réinvention permanente de son personnage et de ses approches musicales, David Bowie s’est imposé comme un des artistes les plus originaux, les plus importants et novateurs de la pop culture. Il laisse derrière lui un univers musical unique, empreint de science-fiction et volontiers psychédélique qui prend tout son sens dans ce documentaire en forme de voyage spatio-temporel aux confins de la galaxie Bowie. Let’s dance !