LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

La LDH, attaquée, appelle au combat pour les libertés et la démocratie
Le ministre de l’intérieur menace de lui supprimer ses subventions, la première ministre lui reproche ses « ambiguïtés », d’autres polémistes de droites extrêmes leur faisant écho.Si on peut reprocher quelque chose à la LDH, c’est la constance de ses positions et de ses combats. Créée en 1...

Soutenez Utopia Palmer

HOKUSAI

Hajime HASHIMOTO - Japon 2020 1h30 VOSTF - avec Yuya Yagira, Min Tanaka, Hiroshi Abe, Eita Nagayawa... Scénario de Len Kawahara.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

HOKUSAIJapon, 18e siècle. Le jeune Shunrô, apprenti peintre, est exclu de son école à cause de son tempérament impétueux et du style peu conventionnel de ses estampes. Personne n’imagine alors qu’il deviendra Hokusai, célèbre auteur de La Grande vague de Kanagawa.

On aurait pu craindre un énième biopic, intéressant mais sans trop de charme. Un genre de film passe-partout qui respecte un programme bien balisé : une époque, un peintre, sa vie, son œuvre, ses frasques et ses femmes, sa grandeur et sa décadence, son génie, sa folie… Mais non, on est ici ailleurs, car tout se passe par petites touches évanescentes et picturales. Dans un déroulé elliptique, la quintessence du célèbre Maître de l’estampe ukiyo-e (littéralement « image du monde flottant » en japonais) se mêle aux origines de son art, comme pour rendre hommage à son inconstance (Hokusai changea de patronyme pas moins de 120 fois !) et à la forme même de ses gravures, qui ont inspiré les plus grands artistes contemporains et modernes, de l’Orient à l’Occident, à commencer par le mouvement impressionniste. On pense en particulier aux peintres du xixe siècle, de Monet à Degas en passant par Manet.



Celui qu’on surnommait à la fin de sa vie « le vieux fou du dessin » avait une soif de création inextinguible, la volonté de renouveler sans cesse son art. Son exigence était telle qu’il jugeait n’avoir rien produit de bon avant l’âge de 60 ans et se réjouissait à l’âge de 75 ans des progrès qui attendaient encore son pinceau. Sa Grande vague de Kanagawa, plus connue sous le fameux nom de La vague, est aujourd’hui devenue la Joconde des Beaux-Arts japonais. Tirée de sa série Trente-six vues du mont Fuji, elle représente des pêcheurs revenant de Tokyo, pris dans une tempête en arrière-plan. Cette œuvre majeure a renouvelé le langage de l’estampe japonaise, en y associant une « perspective » occidentale et la teinte du Bleu de Prusse. Son recueil de motifs, de paysages et de croquis variés, Hokusai manga, incarnation même du japonisme et de la célébration d’une nature animiste, demeure un objet de fascination pour les critiques d’art et les musées du monde entier !
Dans le film, nous sommes rendus fin du xviiie – début du xixe siècle, au crépuscule de l’ère d’Edo, sous la dynastie deux fois centenaire des Tokugawa, réputés pour leur pouvoir particulièrement autoritaire. Le Japon d’alors est le théâtre d’ardentes luttes politiques et la sphère artistique n’y échappe pas. Alors que le gouvernement lance une série de réformes conservatrices destinées à restaurer l’ordre moral (c’est un axe particulièrement passionnant du film), contraignant nombre d’artistes à vendre leurs œuvres sous le manteau, voilà que le jeune Hokusai commence à se faire une place dans le monde des estampes et de la peinture. À voir son irrévérence à toute épreuve, sa manière de partir au quart de tour pour la moindre vexation, qui aurait pu imaginer qu’il trouverait un jour les ressources de contempler les vagues pour en saisir l’essence, de l’émulsion brumeuse à son mouvement de fougue ? Et pourtant…

Comme Michel-Ange comprenait la roche, ses veines, ses pulsations, le génie d’Hokusai lui permettait de dévoiler ce que recelait toute matière. Et c’est la force du film de montrer comment les propres sillons de l’artiste, ses contradictions, ses doutes, ses va-et-vient avec le temps lui permirent de creuser son art, d’accentuer les signes, les écoulements à chaque surface d’objet, d’étoffe, de peau, au point de faire naître une sensation magique de densité, de relief.
Avec un sens du montage impulsif couplé à une recherche humble de la beauté (des plans aux décors en passant par les costumes), le réalisateur Hajime Hashimoto restitue ce qui anime toute création et qui n’a pas de prix.