AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

MES PETITES AMOUREUSES

Jean Eustache - France 1974 2h03 - avec Martin Loeb, Jacqueline Dufranne, Ingrid Caven, Maurice Pialat, Caroline Loeb...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MES PETITES AMOUREUSESDaniel, 13 ans, vit dans un village du Midi en compagnie de sa grand-mère. Une vie tranquille entre une maison vieillotte et l’école, entre les copains et une petite camarade, entre les jeux et le rêve. Mais sa mère le reprend et l’emmène à Narbonne dans un deux-pièces qu’elle partage avec son compagnon, José Ramos. C’est une rupture dans la vie de François. Il dort sur un matelas, par terre, voit peu sa mère et travaille comme apprenti dans l’atelier de réparations de bicyclettes du frère de José. Les films américains nourrissent ses rêves. Il se lie avec un groupe d’adolescents du café des Quatre Fontaines, des adolescents hâbleurs et dragueurs. A leur contact, François fait son apprentissage amoureux, timidement… De retour pour quelques jours dans son village, il retrouve ses camarades et la fillette de ses jeux d’autrefois, mais rien n’est plus pareil. Ce ne sont plus des gestes d’enfant qui le guideront vers la fillette mais une caresse - une caresse peu sûre et peu précise qui lui prouvera néanmoins qu’un pas est désormais franchi.