AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

QUAND LES VAGUES SE RETIRENT

Écrit et réalisé par Lav DIAZ - Philippines 2022 3h07 VOSTF - Avec John Lloyd Cruz, Ronnie Lazaro, Shamaine Centenera-Buencamino, Don Melvin Boongaling, Aryanne Gollena...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

QUAND LES VAGUES SE RETIRENTQuand les vagues se retirent est un des films les plus accessibles du Philippin Lav Diaz, mais le cinéaste n’y fait pas de concessions pour autant : si le film appartient assez clairement au polar, les codes inhérents au genre sont immédiatement et définitivement mis à mal. Formellement somptueux, le film bénéficie d’une image singulière due à l’utilisation d’une caméra 16 mm, offrant des images en noir et blanc saisissantes, construites sur de forts contrastes donnant à voir la matière de l’image, sa texture brute qui donne à l’ensemble une dimension organique.

On débarque sans introduction dans la vie du lieutenant Hermes Papauran, l’un des meilleurs enquêteurs des Philippines, qui se trouve aux prises avec un profond dilemme moral. En tant que membre des forces de l’ordre, il est un témoin privilégié de la campagne meurtrière anti – drogue que son institution mène avec dévouement. Les atrocités corrodent Hermes physiquement et spirituellement, lui causant une grave maladie de peau qui résulte de l’anxiété insidieuse et de la culpabilité. Alors qu’il essaie de guérir, un sombre passé le hante et finit par revenir au premier plan en la personne de Primo Macabantay, son ancien supérieur qu’il a contribué à envoyer en prison.
C’est sur l’antagonisme entre les deux personnages que se structure le film. On suit les deux hommes au travers de deux récits distincts, dont on sait qu’ils vont inévitablement se recouper…

Par le biais de ses personnages, tour à tour absurdes, violents ou simplement pathétiques, se dessine un contexte politique bien réel : le régime de l’ancien président des Philippines Rodrigo Duterte, à la tête du pays de 2016 à 2022. C’est sous son administration qu’a eu lieu l’opération Tokhang, qui sert de toile de fond au récit, cette authentique guerre des drogues ayant entraîné depuis 2016 la mort de milliers d’innocents sur le territoire philippin.