AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

BUSHMAN

Écrit et réalisé par David SCHICKELE - USA 1971 1h15 VOSTF - avec Paul Eyam Nzie Okpokam, Elaine Featherstone, David Schickele, Jack Nance...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BUSHMANIl aura fallu attendre plus de cinquante ans pour découvrir ce film indépendant américain, véritable pépite de la contre-culture de l’époque. Bushman, avec une énergie et une grâce folles, vient documenter les mouvements de contestation qui, à partir de 1968, réveillent une partie de la jeunesse du pays.

Né de l’amitié entre David Schickele, jeune réalisateur américain blanc, et Paul Okpokam, jeune intellectuel africain réfugié aux USA – ils se sont rencontrés deux ans plus tôt au Nigéria, sur le tournage d’un documentaire de Schickele –, Bushman a été tourné dans la ville de San Francisco, secouée alors par des mouvements politiques, sociaux et culturels inédits qui vont façonner le visage de l’Amérique des années 1970.
À la frontière du documentaire et de la fiction, Bushman charme dès la scène d’ouverture dans laquelle nous découvrons Gabriel (Paul Okpokam donc), immigré nigérian qui fait de l’auto-stop au bord d’une autoroute sous un soleil de plomb, ses chaussures en équilibre sur la tête, avant qu’un biker tout droit échappé du tournage d’Easy rider décide de s’arrêter et de l’aider. Alors que la guerre du Biafra fait rage au Nigeria, Gabriel a fui la famine qui ravage son pays. Il veut s’installer en Amérique et vient de débarquer comme étudiant dans l’université de San Francisco. À la manière d’une odyssée contemporaine, le film accompagne Gabriel dans ses errances et ses rencontres (amicales ou amoureuses) en tout genre. Sa voix intérieure est notre guide, confiant son sentiment d’exil alors que se succèdent à l’écran scènes de la vie urbaine californienne et souvenirs d’enfance dans son village natal en Afrique.

À San Francisco, notre homme de la brousse (« bushman » désigne les membres des peuples nomades habitant le désert du Namib, en Namibie) est l’objet des regards curieux des hippies, issus en grande partie de la bourgeoisie blanche, qui disent l’accueillir à bras ouverts, en frère, mais le traitent avec un réel sens de l’inégalité, tout en suscitant la méfiance de la communauté afro-américaine, à qui il apparaît également assez « différent », malgré sa couleur de peau. On lui demande de dire quelques mots de dialecte africain, de danser… Mais Gabriel tient bon et répond avec humour, décalant toujours d’un cran la place où on veut l’assigner, naviguant ainsi avec philosophie entre racisme ambiant d’un côté et militantisme sous influence Black Panthers de l’autre.
Dans une des plus belles scènes du film, Gabriel et sa petite amie Alma conversent, couchés sur le comptoir d’un bar. Elle tente de lui enseigner les inflexions du parler afro-américain, sans succès, puis se lance dans un monologue plein de tristesse décrivant son enfance dans le quartier de Watts. Une description improvisée qui nous en dit plus sur la condition des femmes noires que n’importe quel texte sociologique. Ainsi confrontée à cet « étranger » incernable, l’Amérique se dévoile sans fard, tiraillée entre engagement et désenchantement. Pourtant Gabriel espère s’intégrer au « rêve américain ». C’est là que la réalité dans toute sa violence rattrape inopinément la fiction : « Un jour, nous attendions Paul Okpokam pour le tournage. Il était habituellement très ponctuel. Une demi-heure s’est écoulée, puis une heure. Finalement, un ami nous fit savoir que Paul avait été arrêté à l’université… » témoigne le réalisateur David Schickele.

Grâce à une image noir et blanc magnifique signée David Myers (bientôt chef opérateur de THX 1138 de George Lucas), un sens du cadrage et du montage très aiguisé, une utilisation virtuose de la musique – dont une scène de danse mémorable sur le Respect d’Aretha Franklin –, Bushman est un condensé d’énergie vibrante où l’influence et la liberté de filmer d’un John Cassavetes se fait très fortement sentir. Un regard lucide et poétique sur l’Amérique des années 60 alors que la colère allumait les émeutes des ghettos et des campus.