AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

MEMORY

Écrit et réalisé par Michel FRANCO - USA 2023 1h40 VOSTF - avec Jessica Chastain, Peter Sarsgaard, Merritt Wever, Brooke Timber, Josh Charles, Elsie Fisher, Jessica Harper...

Du 29/05/24 au 15/07/24

MEMORY« L’obscurité est un lieu, la lumière est une route… » Dylan Thomas, poète gallois
Les films ne sont jamais aussi lumineux que lorsqu’ils sont des cris d’amour qui tentent d’extirper les êtres de la noirceur qui les guette en secret. Memory est de ceux-là, tout comme La Mémoire éternelle, également au programme de cette gazette.
L’un est une fiction, l’autre un documentaire… touchés par la grâce, ils planent comme en apesanteur, élégants autant que bouleversants. Vibrantes déclarations de vie, de joie, de joie de vivre ! Tout aussi lumineux l’un que l’autre, ils nous parlent de cette étrange et magnifique mémoire qui s’en va et qui revient, qui un jour ou l’autre disparaitra définitivement, fondra dans le feu d’un oubli monstrueusement réparateur.



Ah ces petites sauteries soi-disant réjouissantes où l’on retrouve, des années plus tard, des années trop tard, ses anciens camarades de classe ! Une tradition bien ancrée au pays de l’Oncle Sam et à laquelle, poussée par son entourage, Sylvia (Jessica Chastain, subtile, magnifique comme jamais) ne peut pas échapper cette fois. La voilà qui essaie de donner le change dans une soirée ampoulée où chacun essaie de ressusciter ses vertes années, de déterrer les anecdotes croustillantes. Mais quand on a coupé les ponts avec les gens de ce passé imposé, comment ne pas s’y ennuyer ? Et s’y ennuyer doublement quand on est abstème, qu’on ne peut même pas se désinhiber grâce à un petit verre d’alcool, que l’on doit résister à la tentation d’y tremper ses lèvres par peur de replonger dans sa dépendance ? Et comment ne pas triplement s’y ennuyer quand un importun jette son dévolu sur vous et vient s’assoir sur la chaise voisine, en vous fixant d’un œil un peu égaré, sourire incertain aux lèvres Sylvia s’enfuit sans un au revoir de l’immense salle des fêtes louée pour l’occasion, loin du brouhaha des rires, loin de la musique d’une époque que les moins de vingt ans font bien de ne pas connaître, loin des souvenirs qui auraient mieux fait de rester enterrés.

Fin de party, Sylvia happe un grand bol d’air frais dans la solitude incognito de la nuit, à grandes enjambées elle s’éloigne du passé. Seulement, quelqu’un marque ses pas dans les siens, sans la lâcher du regard. L’homme qui l’a abordée quelques instants plus tôt la suit résolument, sans faiblir, sans mot dire. Rien sur son visage ne laisse présager de ses intentions, de son état émotionnel… Il pourrait être un ancien amoureux transi, un psychopathe ? Que se passe-t-il dans la tête de Sylvia qui a remarqué son manège ? Le chemin semble long jusqu’à son appartement où elle pourra se barricader, pourtant court est ce trajet qui la fait remonter dans le temps, celui des souvenirs peut-être fantasmés, des souvenirs qu’elle aurait aimé ne pas avoir.
Ce soir-là rien de plus ne se passera. Une fois les loquets de sa porte bien fermés, Sylvia s’endort à coup de somnifères. Pourtant cet incident marque le début d’une autre ère, quand, le matin venu, elle découvre au pied de sa porte l’homme prostré, tremblant de froid ou d’autre chose. Un coup de fil plus tard, le dénommé Saul (magistralement incarné par Peter Sarsgaard !) est récupéré par sa famille et Sylvia pense qu’elle peut reprendre le cours de sa vie normalement, avec son adolescente de fille, magnifique de malice bienveillante, continuer son métier peut-être sous-payé mais dans lequel elle s’épanouit aux services des autres. Pourtant quelque chose à présent semble s’être déglingué, quelque chose qui ne lui laisse plus de répit et sur lequel il lui faudra bien poser des mots…

Le scénario, à la fois complexe et d’une fluidité limpide, nous conduit par le bout du nez sans qu’on puisse deviner dans quelles directions, dans quelles dimensions il nous entraîne, tout aussi contemporaines qu’universelles. Progressivement la vérité va percer, ou plutôt plusieurs vérités, difficiles à arracher au silence… Un film formidablement prenant, splendide !