LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

WILD ROSE

Tom HARPER - GB 2018 1h41mn VOSTF - avec Jesse Buckley, Julie Walters, Sophie Okonedo, Jamie Sives... Scénario de Nicole Taylor.

Du 07/08/19 au 27/08/19

WILD ROSEQuand on pense « country music », on a tout de suite, il faut bien l’avouer, quelques clichés en tête. Des nanas avec des robes en jean et des santiags pas forcément du meilleur goût, des messieurs moustachus portant la fameuse petite cravate en lacet avec une tête de buffalo (argent massif) en guise de nœud, des chapeaux de cow-boy que ne renierait pas George W. B. et des bars où l’on danse en rang d’oignons tout en tournant comme un seul homme à droite et puis à gauche en claquant des mains d’un air ravi. Certes, certes, il y a aussi tout cela dans la country music, ce folklore bien ancré dans la culture américaine quelque part du côté de Nashville, Tennessee, capitale mondiale du genre où l’on ne compte plus les bars, les musées, les salles de concert mythiques où l’on célèbre fièrement cette musique. Mais la country, c’est surtout cette phrase que Rose-Lynn a fait tatouer sur son avant-bras : « three chords for truth », trois accords pour la vérité, comme une déclaration d’amour à une musique simple qui va droit au cœur, sans chichis, sans superflu, sans arrière-pensées. Une musique qui raconte la vie comme elle va, les joies, les peines, les petites souffrances du quotidien ou les blessures intimes, racontées au monde entier sur l’air d’un secret murmuré.

Rose-Lynn sort de prison et la country music est pour elle bien plus qu’un simple moyen de s’évader : une raison d’être. Elle vit country, s’habille country, a la country dans le cœur, au creux des oreilles, au fond de l’âme et toute sa vie semble tourner autour de cette musique qu’elle fait bien plus que simplement idolâtrer : elle l’interprète avec un talent fou. D’ailleurs, une fois chaussée sa paire de boots, coincées un peu au niveau des mollets par le bracelet électronique que la justice lui a imposé, elle file direct vers le pub où elle chante depuis ses 14 ans. Mais personne ne semble l’avoir attendue, ni la taulière qui a eu vite fait de la remplacer, ni sa mère qui travaille dur depuis quarante ans pour mener une vie à peu près digne dans un petit pavillon de banlieue, et encore moins ses deux mioches qui ont grandi auprès de leur grand-mère solide et aimante et ont appris à se passer de cette maman immature, inconstante et passablement absente. Car sauvage, Rose-Lynn l’est, indomptable et farouche, débordant d’une énergie qui, comme la musique qu’elle aime, la fait passer des larmes au rire en trois accords de guitare, parce que la country sait aussi raconter tout cela : les hauts de la vie qui vous font frénétiquement danser comme les bas qui vous mettent le moral à terre avec l’envie de tout plaquer. Rose-Lynn le sait, elle le sent, on le lui a dit maintes fois : elle a du talent et sa vie n’est pas ici, dans ce Glasgow industriel et gris où le soleil est toujours timide et où elle n’a que trop peu de chances de se faire un nom au-delà du pub et de sa clientèle de prolos venant claquer leur paie chaque vendredi soir. Alors elle imagine les néons éclairant d’une lueur bienveillante ses rêves de mère célibataire et ex-taularde : ceux de Nashville, Tennessee.
Elle aura beau croiser le chemin d’une bonne fée, bourgeoise un peu éteinte touchée par la grâce de sa voix et par son impétuosité débordante, et renouer peu à peu avec ses enfants le fil d’une histoire rompue par des années de négligence et de maladresses, il sera long, le chemin vers le succès et vers la terre de Johnny Cash.

Si le regard rageur de Rose-Lynn, si sa dégaine de femme enfant un peu folle, si sa voix à la fois suave et rocailleuse ne vous font pas définitivement craquer pour la country, si vous n’avez pas envie de courir illico vers le premier cours de line country dance de la région, vous êtes un vrai cœur de brique. Car il y a dans ce Wild Rose tout ce qu’il faut pour séduire même les plus farouches défenseurs des Nocturnes de Chopin : le réalisme social anglais, l’humour, la tendresse et les good vibes.