LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

MJÓLK, LA GUERRE DU LAIT

Écrit et réalisé par Grimur HAKONARSON - Islande 2019 1h30mn VOSTF - avec Arndis Hrönn Egilsdottir, Sigurdur Sigurjonsson, Sveinn Olafur Gunnarsson...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MJÓLK, LA GUERRE DU LAITElle a une drôle de bouille, Inga, elle n’a pas la beauté facile, pas le genre starlette. Non, elle fait plutôt penser – tant par le physique que par le sacré caractère – à la Frances McDormand du formidable Three billboards, même si sa fronde démarre de façon très différente. Autre similitude, elle n’était pas préparée à ce qui va arriver et elle qui n’avait pas la réputation d’être soupe au lait va se révéler, quand il va déborder, une véritable furie, méthodique et inflexible. Elle semblait pourtant soumise, de la trempe à tout encaisser, mais pas l’injustice. Une fois la machinerie de guerre enclenchée, ce sera un véritable rouleau compresseur. Avec ses moments drôles et tragiques, jouissifs.

« Il est d’autres combats que le feu des mitrailles… » Celui de Reynir et Inga semblait simple, dans leur magnifique Islande natale. Se construire une belle existence en amoureux, bien élever leurs enfants, vivre de leur élevage (de vaches laitières, pas d'enfants), comme sans doute leurs parents avant eux, avec ce petit plus de confort qu’est censée apporter la technologie moderne. Avec l’assurance aussi de pouvoir compter sur un système coopératif agricole sécurisant. Peut-être même, va savoir, la possibilité de prendre parfois quelques jours de repos, autant dire l’Eldorado !
Bien des années plus tard, Reynir et Inga n’ont toujours pas vu la première seconde d’un jour de vacances, ni pu se poser un instant. Les enfants grandis sont partis à la ville. Les technologies nouvelles se sont succédées, toujours plus énergivores, toujours plus coûteuses, poussant chaque fermier à investir perpétuellement, à se surendetter interminablement. Seuls face à un prédateur plus dangereux que celui des contes de notre enfance : un capitalisme vorace qui ne laisse pas la moindre miette à ceux qui pourtant l’alimentent. Chacun prend de plein fouet la concurrence, devenant toujours moins confiant en l’avenir, plus méfiant envers ses semblables.
La ferme de nos ex-tourtereaux, désormais largement quarantenaires, étant présentement au bord de la faillite, Inga baisserait volontiers les bras, mais Reynir semble bien reparti pour un tour, prêt à aller quémander un peu plus de soutien à leur syndicat. Il n’en reviendra pas… Un virage fatal ? Mais non, c’était une ligne droite… Plus l’enquête progresse sur la sortie de route malheureuse, plus il apparaît qu'elle était probablement volontaire…
Tandis que les vautours, les financiers, commencent à rôder autour de la ferme, sans même attendre que son deuil soit consommé, Inga fulmine d'abord contre celui qui l’a abandonnée, mais elle ne se trompera pas longtemps d’ennemis. Alors qu’ils la pensaient prête à tout lâcher, les apparatchiks du syndicat, plus dodus que des poulets engraissés aux hormones, vont faire les frais de son regain de combativité. Eux n’ont pas l’air de crouler sous les dettes dans leurs gros quatre-quatre imposants. Et c’est contre tout un système qu'Inga va partir en croisade, avec ses pauvres moyens, s’enhardissant à prendre la parole pour dénoncer cette « mafia ». D’abord seule, puis progressivement suivie par quelques-uns, fragiles, mais faisant progressivement boule de neige.

Longtemps, on a peu vu les paysans à l’écran, ou en arrière plan. Désormais, ils font surface comme une vague universelle qui nous vient des quatre coins de l’horizon (guettez Au nom de la terre, qui sort fin septembre). C’est que partout dans le monde on s’émeut, on s’intéresse, on s’indigne de leur sort, bien conscients qu’il est lié au nôtre. Grimur Hakonarson, qui est un fils de la terre, le fait avec ce fameux humour islandais décapant et décalé qui était déjà l'un des charmes de son film précédent, le magnifique Béliers, et qu'on a vu à l'œuvre dans pas mal d'autres films, dont le très réjouissant Woman at war. Une femme en guerre : Inga mérite aussi ce titre honorifique !