LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

STILL LIFE

JIA ZHANG KE - Chine 2006 1h50mn VOSTF - avec Han Sanming, Zhao Tao... Scénario de Jia Zhang Ke, Sun Jianmin et Guan Na. LION D’OR, FESTIVAL DE VENISE 2006.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

STILL LIFE« L’ancien monde se meurt, le nouveau n’est pas encore là, dans ce clair-obscur surgissent les monstres. » (Antonio Gramcsi dans ses Carnets de prison)

Après le magnifique The World, Jia Zhang Ke confirme avec Still Life qu’il est sans doute le plus grand cinéaste chinois actuel. Celui qui sait comme aucun autre rendre compte du bouleversement extraordinaire et terrifiant actuellement en cours dans son pays, et lui donner les dimensions d’une tragédie moderne, d’une épopée morale, sociale et politique. Ça nous donne ce film exaltant et bouleversant, qui mêle avec une maîtrise impressionnante l’intime et le collectif, l’attention minutieuse portée aux petits faits, aux petis gestes du quotidien et l’ampleur visionnaire, le sens de la mise en scène, la recherche esthétique qui font les grandes oeuvres.

Le cœur, à la fois géographique et dramaturgique, de Still Life, c’est le fameux barrage des Trois Gorges. Une moderne muraille au cœur de la République populaire de Chine, sur le cours du Yangzi Jiang, dont la mise en service doit se terminer en 2009. D’une longueur de plus de deux kilomètres, d’une hauteur de 185 mètres, créant une retenue de 39 milliards de mètres cubes d’eau, ce sera le plus grand barrage hydroélectrique du monde. Mais au-delà de la performance technologique, et en attendant les retombées industrielles et économiques espérées (par qui ?), l’impact sur l’environnement et sur les populations locales est à l’échelle du gigantisme du projet : à peine imaginable ! Une centaine de villes et de villages entièrement détruits, un million et demi d’habitants déplacés, le paysage dévasté, 160 sites historiques et archéologiques engloutis… Sans qu’aucune aide de l’état ne soit versée… C’est le nouveau réalisme à la chinoise !
Rien d’étonnant donc à ce que le film commence sur l’eau, sur un bateau transportant une multitude de pauvres gens qui se dirigent vers Fengjie, une des rares villes de la région qui existe encore, sans doute plus pour longtemps. Dès ces premiers plans, on sent, on sait que la caméra filme juste, elle saisit les traits fatigués, les regards incrédules, les expressions résignées, mais aussi les sourires et les répliques qui fusent : still life, la vie encore, malgré tout…
Parmi les voyageurs, un petit bonhomme placide, solitaire, pas causant. San Ming arrive de sa lointaine campagne, où rien ne le retenait, ni attaches ni travail, pour retrouver son ex-femme et sa fille, qu’il n’a pas vues depuis 16 ans ! Le temps est une notion toute relative… En l’occurrence, ce sont peut-être les derniers six mois qui ont fait la différence : si San Ming était arrivé quelques semaines plus tôt, les retrouvailles auraient peut-être eu lieu… Mais aujourd’hui, l’immeuble, la rue, le quartier où l’épouse et la fille ont vécu ne sont plus qu’une vague tâche verdâtre noyée sous les eaux du barrage… Elles sont parties plus loin sur le fleuve, chez un vague parent, en quête de moyens de subsistance.
San Ming va donc rester là, trouver un logement et un boulot précaires, se familiariser avec les us et coutumes de la communauté en situation de survie : système D, combines minables, corruption, implantation d’une mafia de seconds couteaux…
Plus tard dans le déroulement du film, apparaîtra un personnage féminin parallèle : Shen Hong est à la recherche de son mari, qui, loin d’être une victime, a prospéré grâce au chantier du barrage mais qui ne donne plus signe de vie depuis deux ans. La détresse de Shen Hong est ainsi moins criante que celle de San Ming : elle est institutrice, elle a sa vie ailleurs, elle souffre d’avoir été abandonnée et trahie, elle en guérira sans doute…
Un homme et une femme au cœur du chaos, à la recherche de leur passé, de leurs amours perdues, de nouvelles raisons de vivre ; des images d’une force, d’une authenticité incroyables… et soudain des trouvailles magiques : un immeuble qui décolle comme une fusée, un funambule entre ciel et terre. Un grand film, tout simplement.

Jeudi 12 Septembre 2019 à 20h45
Projection 35 mm