LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

HABEMUS PAPAM

Nanni Moretti - Italie 2011 1h45mn VOSTF - avec Michel Piccoli, Nanni Moretti, Jerzy Stuhr, Renato Scarpa, Margherita Buy... Scénario de Nanni Moretti, Francesco Piccolo et Federica Pontremoli.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

HABEMUS PAPAMLes bouffeurs de curés en seront tout désorientés, et les grenouilles de bénitier en resteront perplexes. C'est qu'en plongeant dans les désarrois et les doutes d'un nouveau pape appelé par ses pairs à régner, Moretti interroge le pouvoir là où il est à son maximum incontestable : attribué « à vie » par un Conclave inspiré en direct par Dieu, ce qui lui confère un caractère d'infaillibilité pour les croyants de la planète entière. Partant de ce microcosme, il donne à ses questionnements un caractère universel et aborde, avec une subtilité formidable, notre rapport au pouvoir quel qu'il soit et par conséquent à la société toute entière. Et quoi de mieux, pour ces questionnements profonds et immenses, que de se placer au ras d'un individu prédisposé par son humilité naturelle à ne pas rejeter le doute, tout en étant peu disposé à se laisser manipuler ?

Le monde va mal et il faut être fou, cynique ou inconscient pour vouloir le pouvoir. Le pape est mort. Réunis dans un huis-clos coupé totalement du monde extérieur, les cardinaux sont supposés chercher en eux-mêmes l'inspiration divine qui les guidera vers le choix de son successeur. Certains aimeraient bien prendre la main, placer leur pion, d'autres prient (mon dieu faites que ce ne soit pas moi), tétanisés par l'écrasant de la charge. Le suspense traîne. Il semble impossible de se décider jusqu'à ce que tout le monde s'accorde sur un outsider sidéré. Le cardinal Melville (Piccoli), propulsé chef de la chrétienté, est à quelque mètres du balcon où la foule attend son apparition, et le voilà tout à coup qui pousse un cri de détresse, refuse d'avancer, à la grande stupeur de son entourage : le sentiment de son incapacité, de sa faiblesse, un doute fulgurant le tétanisent et il se réfugie dans son bureau. Malgré la méfiance de l'Église envers la psychanalyse, les prélats désemparés vont chercher dans le plus grand secret un thérapeute (Nanni Moretti) pour aider notre apprenti pape à franchir la barrière invisible qui l'empêche d'épouser le pouvoir. Mais de fait, c'est avec le conclave tout entier que notre malheureux psychanalyste doit en découdre (ce qui nous vaut de savoureux moments), tandis que le pape lui-même s'est échappé du palais pontifical et se promène, incognito, dans les rues de Rome, traînant dans les bistrots, s'offrant une glace à la vanille, regardant vivre les humains, tous dans l'attente de son apparition… La fuite est-elle forcément l'expression de la lâcheté ou, tout au contraire, le signe d'un grand courage : face à une situation extraordinaire, n'est-elle pas le signe d'une saine lucidité et donc une forme de victoire ?

Pour magnifique qu'il soit, avec ses pourpres, ses rites et ses ors, le film n'est jamais pompeux et on n'y trouve pas trace de la moindre arrogance, du moindre mépris. L'Église est vieille, mais les croyants sont bien vivants et le ton de Moretti n'est pas à la moquerie iconoclaste et superficielle. Il garde de bout en bout un ton d'une ironie subtile et élégante, voire poétique : point n'est besoin de se prendre au sérieux pour aborder de grands thèmes, les travailler en profondeur. Le regard est humain, voire bienveillant, ce qui rend impossible de rejeter le film, y compris pour ceux qui, en apparence, devraient être les plus concernés… C'est que le film n'y va pas non plus de main morte. Michel Piccoli est formidable et l'âge lui donne la bonne distance pour questionner le sens de l'existence, en harmonie avec le ton général, mélancolique, lucide et désabusé.

Dimanche 15 Septembre 2019 à 16h