LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

ELENA

Andreï ZVIAGUINTSEV - Russie 2011 1h49mn VOSTF - avec Nadejda Markina, Andrei Smirnov, Elena Liadova, Alexeï Rozine... Scénario d'Oleg Neguine et Andreï Zviaguintsev. Prix spécial du jury Un Certain Regard, Festival de Cannes 2011.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ELENADeux films seulement ont suffit pour reconnaître en Andreï Zviaguintsev un des meilleurs cinéastes russes contemporains. Il quitte aujourd'hui l'univers contemplatif et intemporel de ses deux premières œuvres – Le Retour (Lion d'or à Venise en 2003) et Le Bannissement (2007) – pour plonger au cœur de la Russie la plus contemporaine. Cet Elena est un faux thriller, calme et sans à-coups, d'autant plus prenant que le tragique se diffuse doucement, tel un poison, dans les ramifications de la société.
Il y a deux mondes bien formalisés dans Elena : celui de Vladimir, retraité nanti, baignant dans l'univers luxueux et ultra-sécurisé d'un appartement moderne du centre de Moscou, et celui de Sergueï qui, sans emploi, n'offre rien d'autre à sa famille qu'une banlieue déshéritée et pocharde. Deux milieux que l'ère poutinienne, rompue au capitalisme débridé, s'évertue à éloigner et qui sont devenus aujourd'hui complètement hermétiques. Le film les décrit avec froideur et méticulosité, de manière presque schématique, pour mieux faire émerger le personnage ô combien complexe d'Elena, par qui tout va se brouiller.

Elena, c'est la mère de Sergueï, et elle vit aujourd'hui avec Vladimir. Ils se sont rencontrés sur le tard, lorsqu'elle terminait sa modeste carrière d'infirmière. Le couple n'est manifestement pas né des feux de la passion mais plutôt d'une attention dont chacun tire partie. Elena en accédant à l'aisance, Vladimir en trouvant la bienveillance d'une femme docile. Chacun fait chambre à part, les relations sont épisodiques et, d'une certaine manière, le rapport de classe a refait surface au sein même du couple. Évidemment, rien n'est question d'argent. Si bien que lorsqu'Elena demande une somme conséquente pour acheter à son petit-fils une place à l'université et lui éviter ainsi le service militaire (visiblement la pire chose qui puisse arriver à un jeune homme en Russie), Vladimir rétorque par une position de principe : son fainéant de fils Sergueï n'a qu'à trimer pour subvenir aux besoins de sa famille. A l'occasion d'une crise cardiaque dont il se remet doucement, Vladimir renoue des liens avec sa fille, une femme intelligente et cynique qui dénigre le style de vie de son père sans se priver d'y goûter. Elena a bien raison de voir en elle un obstacle à l'aide financière qu'elle attend tant pour son fils…

Andreï Zviaguintsev délaisse alors le piège du suspense pour concentrer son film sur l'enjeu moral qu'il renferme. De par sa position, le choix que va faire Elena est un acte social et politique radical, en même temps qu'un geste humain d’une grande ambivalence. Le film a ceci de très fort qu'il ne se contente pas de la description implacable d'une société ravagée par l'inégalité et la toute puissance de l'argent. Il pousse également le spectateur dans la délicate situation de douter de ce qui est mal ou bon.
Grâce à une mise en scène virtuose, soutenue par l'impressionnante interprétation de Nadejda Makrina, Andreï Zviaguintsev conte la transformation progressive d'une femme douce et aimante en une figure tragique désespérée du bonheur de ses enfants. La pire impasse de notre modernité est bien celle où ni la morale ni l'altruisme ne sont des recours. A l'image de la partition de Philip Glass qui ponctue ingénieusement le film, Elena est un portrait saisissant et fascinant de nos solitudes désaccordées. Du grand cinéma, assurément.

Lundi 16 Septembre 2019 à 18h