LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

LE GÉANT ÉGOÏSTE

(THE SELFISH GIANT) Écrit et réalisé par Clio BARNARD - Angleterre 2013 1h31mn VOSTF - avec Conner Chapman, Shaun Thomas, Sean Gilder, Siobhan Finneran, Steve Evets, Rebecca Manley... Librement inspiré du conte d'Oscar Wilde, Le Géant égoïste. Grand prix (incontestable et incontesté) du Festival du film britannique de Dinard 2013.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE GÉANT ÉGOÏSTEC'est un magnifique, un merveilleux, un déchirant film anglais comme on les aime, qui respire la tendresse et la solidarité de classe au sein d'un monde dur comme la pierre, miné par la misère économique et sociale. Un film illuminé par des figures enfantines inoubliables : Arbour, le gamin qui est de presque tous les plans de ce Géant égöiste, est le descendant direct de Billy, le petit bonhomme malingre et vivace qui transfigurait sa vie de grisaille dans sa petite ville minière sinistrée grâce à son amour pour un faucon crécerelle : c'était dans Kes (disponible en Vidéo en Poche), un des premiers chefs d'œuvre (1969) de notre cher Ken Loach.

Arbor est un gamin branché sur 220 volts, un écolier incontrôlable, qui envoie balader ses profs, qui n'a aucune crainte d'aucune autorité, ni de sa mère qui s'en sort comme elle peut, ni des policiers qu'il ridiculise (magnifique scène où, venus faire une perquisition, les représentants de l'ordre sont sommés par Arbor de se déchausser avant d'entrer), capable de piquer sans prévenir des crises de nerfs destructrices. Son seul soutien est son copain Swifty, un nounours taciturne, doux, pacifique mais influençable, qui voit en Arbor et ses projets fous une bouffée d'air pur dans sa vie monotone aux côtés de sa mère dépressive. Et à Bradford, une des ces villes du Nord de l'Angleterre dévastées par la crise et la désindustrialisation des années Thatcher, il n'y a pas grand chose à faire… Swifty n'a sans doute qu'un talent mais il est précieux : il sait parler aux chevaux qui lui tendent volontiers l'oreille et qui semblent nombreux à vaquer dans les prés aux abords de la ville. Contraste étonnant entre la cité grise de son passé industriel et la campagne verdoyante, mais souvent plombée par la brume…
Pour améliorer l'ordinaire, les deux garçons ont trouvé une activité qui s'avère lucrative depuis la hausse du cuivre et des métaux en général : ils écument les environs pour ramasser la ferraille. Et quand ils n'en trouvent pas assez, ils franchissent sans trop hésiter (surtout Arbour) les frontières de la légalité et volent des câbles sur les chantiers, ou bien aux abords des voies ferrées ou des installations électriques. Et là ça peut devenir dangereux… Cette occupation va se transformer en boulot presque à plein temps quand les garçons vont se mettre en affaires avec Kitten, patron d'une casse gigantesque, et organisateur de courses de chevaux. Kitten est fascinant, en tout cas pour des mômes, il est inquiétant, il est violent. C'est lui le géant égoïste du titre.

La force et la beauté du film tiennent en grande partie à la mise en scène particulièrement inspirée de Clio Barnard – c'est son premier long métrage, chapeau bas ! – qui donne une dimension extraordinaire à ce monde étrange, entre casses, paysages post-industriels désolés (les enfants jouent au pied de cheminées de centrales thermiques abandonnées), et nature sauvage qui reprend ses droits sur la civilisation : scènes étonnantes de courses de chevaux clandestines, organisées sur des autoroutes temporairement bloquées par des complices de Kitten…
Mais Le Géant égoïste est porté avant tout par l'incroyable présence de ses deux jeunes acteurs principaux, dont les personnages auraient pu être imaginés par Dickens, et qui nous bouleversent par leur énergie à rendre leur monde meilleur, par leur volonté irréductible de mordre dans la vie à belles dents, par leur indéfectible amitié qui est leur seul rempart contre un destin qui ressemble trop à une fatalité.

Mardi 17 Septembre 2019 à 20h40