LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

NEVER FEAR

(Faire face) Ida LUPINO - USA 1949 1h21mn VOSTF - avec Sally Forrest, Keefe Brasselle, Hugh O’Brian, Eve Miller... Scénario d’Ida Lupino et Collier Young.

Du 23/10/20 au 16/11/20

NEVER FEARAprès Not wanted, Ida Lupino enchaîne aussitôt avec un autre sujet solidement ancré dans la réalité, l’histoire de Carol, danseuse qui approche de la consécration mais qui voit sa carrière brutalement interrompue par une attaque de polio. A l’époque la maladie est encore difficilement combattue. Voire méconnue. C’est peut-être pourquoi la cinéaste s’attarde sur les principes de la rééducation, mettant en parallèle la nécessité de réapprendre à marcher, donc à vivre. Carol est pour cela très fortement soutenue et encouragée par son partenaire de scène, mais aussi le personnel du centre de réadaptation et un de ses patients très amoureux.

Le style de la réalisatrice débutante est déjà bien affirmé, elle rend très sensible le drame et la romance tragique qui se profilent, mais aussi la lueur d’espoir entrevue.

(lheuredelasortie.com)