LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

LES RENCONTRES DU TnBA

Également au programme - UNE SÉPARATION

Lundi 10 JANVIER 2022 à 19h30

LES RENCONTRES DU TnBA


Projection suivie d’une rencontre avec des membres de l’équipe artistique du spectacle, en écho à la création, du 11 au 22 janvier, du spectacle Herculine Barbin : Archéologie d’une révolution d’après le texte de Michel publié par Michel Foucault. Mise en scène Catherine Marnas.
Prévente des places au cinéma, à partir du Vendredi 31 Décembre.

LAURENCE ANYWAYS

Écrit et réalisé par Xavier DOLAN - Canada (Québec) 2012 2h40mn - avec Melvil Poupaud, Suzanne Clément, Nathalie Baye, Monia Chokri, Susie Almgren, Yves Jacques...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LAURENCE ANYWAYSC’est un film fleuve qui déverse les torrents d’émotion d’une histoire d’amour a priori impossible, un film d’un romantisme absolu que seul probablement un jeune réalisateur prodige pouvait réaliser avec la passion, l’arrogance et la mégalomanie qui le caractérisent. Histoire d’amour a priori impossible parce que somme toute, la plupart des femmes, aussi passionnées soient elles, prennent leurs jambes à leur cou quand leur aimé leur annonce tout de go, après des mois de relations intenses, qu’il souhaite depuis toujours changer de sexe. Mais Fred, jeune femme tout en énergie et en détermination, s'accroche. La fin de son amour pour Laurence, un amour fusionnel que rien ne semblait pouvoir contrarier jusqu’à cet aveu violent et inattendu, lui semble inacceptable et elle n’est pas prête à renoncer, même si elle doit contrarier ses désirs de femme pour un homme qu’elle croyait aimer dans sa pleine virilité.

Et cette histoire, faite évidemment de ruptures et de retrouvailles envers et contre les proches, leur regard accusateur ou condescendant, va s’étaler sur dix ans. Dix ans pour que la jeune Fred devienne pleinement femme, et qu'avec cette maturité vienne les aspirations à une éventuelle normalité, à la maternité, à la construction d’une vie familiale. Et pour Laurence dix ans où il va passer du jeune homme enfermé dans une identité sexuelle qu’il n’a pas choisi à un troisième genre parfaitement assumé, dix ans durant lesquels il va tenter de concilier son amour pour Fred et sa nouvelle apparence, sa nouvelle famille – un formidable clan d’artistes transformistes, belle bande de vieilles tantes éminemment sympathiques et hautes en couleurs.
Autant dire que le sujet, son interprétation, sa mise en scène étaient pour le moins casse gueule et auraient pu tomber dans le ridicule consommé. Mais il y a Melvil Poupaud, qui rend totalement crédible la transformation autant physique que psychologique de Laurence. Mais il y a Suzanne Clément, qui sait insuffler toute la passion, toute la colère, tous les déchirements à son personnage de femme irréductible. Il faut aussi noter deux personnages secondaires remarquables : Stéphanie (Monia Chokri), la sœur lesbienne grande gueule de Fred (apportant au passage quelques moments bien sentis d’humour cynique) qui, bien qu’ayant des affinités naturelles avec Laurence, veut la protéger de cet amour destructeur ; et Nathalie Baye qui incarne avec brio la mère désabusée et parfois égoïste de Laurence, terrorisée par un mari passant de l’apathie à l’hystérie.

Mais c’est surtout à travers sa mise en scène baroque et formidablement excessive que Dolan parvient à faire passer l’absolu des sentiments. Quand, séparée depuis plusieurs années, Fred reçoit un recueil de poèmes de Laurence devenu écrivain à succès et prend sur la tête le déluge dans son salon. Ou quand Fred et Laurence dansent enlacés au milieu d’une bande de rednecks médusés d’un bar du Québec profond sur Pour que tu m’aimes encore de Céline Dion. La période (les années 90 qui correspondent à l’enfance de Xavier Dolan) et son univers musical sont très présents et extrêmement bien rendus : on entend entre autres les incontournables Depeche Mode, Cure, Duran Duran… Une période où l’homosexualité était, dans une grande ville moderne comme Montréal, désormais tolérée mais où le tabou ultime restait la trans-sexualité. Et Xavier Dolan sait justement montrer que l’amour absolu dépasse de loin toutes les transgressions.