LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Vendredi 3 JUIN 2022 à 20h

FUTURS ANTÉRIEURS #3 - SOIREE MAD MAX


Organisée par les Hypermondes, en partenariat avec la librairie La Mauvaise réputation, à l’occasion de la sortie du livre de Melvin Zed, Mad Max, Ultraviolence dans le cinéma, partie 1 (Editions Rififi).
Projection de ARCHEOLOGIST OF THE WASTELAND suivie d’une rencontre avec Melvin Zed, auteur du livre et réalisateur du film puis projection de MAD MAX 1.
Tarif unique pour la soirée : 8 euros
Prévente des places au cinéma, à partir du Mardi 24 Mai.

MAD MAX

George MILLER - Australie 1979 1h25mn VOSTF - avec Mel Gibson, Joanne Samuel, Hugh Keays-Byrne, Steve Bisley, Tim Burns... Scénario de James McCausland et George Miller. Réédition en copie neuve.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MAD MAXEn copie neuve et pour la première fois au cinéma depuis sa sortie française en 1982, le premier Mad Max, archétype de la série B post-apocalypse, film d’action graphique devenu rapidement culte, qui révéla la puissance du cinéma australien et qui influença durablement nombre de réalisateurs par la suite, par exemple, pour s’en tenir au plus récent, le Tarentino de Boulevard de la mort.

Dès les premiers plans, les pneus crissent, les moteurs vrombissent, la tôle se froisse, et George Miller signe une course-poursuite en voiture d’une dizaine de minutes proprement hallucinante ! Un fou du volant, autoproclamé le « Cavalier de la Nuit », est pris en chasse par les voitures de la police, jusqu’à ce qu’intervienne le véhicule « Interceptor » piloté par l’agent Max Rockatansky, alias « Mad Max ». Les cadrages au format Scope, les mouvements d’appareil, le montage, tout dans ce prologue est ciselé au millimètre près, tandis que le héros ne nous est révélé que progressivement : d’abord les bottes, ensuite le dos, puis le regard dissimulé derrière les lunettes noires, jusqu’à ce que le visage d’un Mel Gibson dans la splendeur de ses 21 ans n’emplisse l’écran. Quand une horde de motards dirigée par le psychopathe Toecutter (littéralement « le coupeur de doigt ») investit une petite ville pour récupérer à la gare le cercueil du Cavalier de la Nuit, on comprend qu’il s’agit d’un western d’un nouveau genre, où les bolides vrombissants ont remplacé les chevaux… Dans ce futur proche peu engageant, la folie s’est emparée d’un monde au décor post-apocalyptique qui évoque les meilleurs mangas japonais. Et le commissariat lui-même, censé incarner la sécurité, est un bâtiment délabré qui semble à l’abandon.
Lorsque la bande de Toecutter prend au piège Jim Goose, le co-équipier de Max, et le brûle vif dans une voiture, la violence monte d’un cran. Max préfère démissionner pour ne pas céder à la vengeance et se transformer en ceux qu’il combat. Mais dans cet univers en plein chaos, il est impossible de renoncer à la sauvagerie. Plus tard, meurtri au plus profond de sa vie intime, Max bascule et laisse rugir la bête qui sommeille en lui. Un revirement symbolisé par un masque de monstre de carnaval qu’il utilisait jadis pour s’amuser à effrayer son fils, et qu’il tord désormais de rage entre ses mains. Le point de non-retour est atteint, et Mad Max justifie pleinement son titre, s’acheminant inexorablement vers un dénouement no future.

« Nous vivons dans le culte de la vitesse. J’ai vu, dans l’hôpital où j’exerçais, des dizaines de victimes d’accidents graves. Cette violence fait partie de notre quotidien. Je crois qu’un film comme Mad Max a une fonction importante : il nous permet de faire face à nos angoisses et peut-être de nous en défaire. » (George Miller qui, avant de se consacrer au cinéma, fut médecin en hôpital)