LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

Cycle FILMER LA FOLIE proposé par l'ARASM Croix Marine
Séance unique le mardi 4 juin à 20h
suivie d'une rencontre animée par Jean-Pierre Montalti, psychiatre, et Joseph Mornet, psychologue.

ANDRÉ ROBILLARD, EN COMPAGNIE

Henri-Francois Imbert - France 2018 1h32mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ANDRÉ ROBILLARD, EN COMPAGNIEEn 1964, André Robillard s’est mis à fabriquer des fusils avec des matériaux de récupération, ramassés au hasard de ses promenades dans l’hôpital psychiatrique où il vivait près d'Orléans. Aujourd’hui, à 87 ans, André demeure toujours dans cet hôpital, où il est entré à l’âge de neuf ans, il y a 78 ans. Entre temps, il est devenu un artiste internationalement reconnu du monde de l’Art Brut.
Lors d’un voyage d’André à l’Hôpital de Saint-Alban, en Lozère, pour présenter une création théâtrale à laquelle il participe, tout se relie enfin : l'Art Brut, la psychiatrie, la Résistance.

« André Robillard, en compagnie est surtout le portrait d’un homme sauvé de l’abandon et de la folie par son art, et par la possibilité que d’autres lui ont donné de l’exercer. Apparemment en marge du monde, Robillard est au contraire l’enfant d’une époque. Né plus tard, il n’aurait certainement pas été interné ; né plus tôt, il n’aurait probablement pas pu dessiner et sculpter, et encore moins être reconnu en tant qu’artiste. Dans une digression, Imbert revient sur la naissance de la psychothérapie institutionnelle, approche révolutionnaire de la santé mentale née pendant la Seconde Guerre mondiale à l’hôpital de Saint-Alban, en Lozère, où ont été accueillis des résistants et où s’était réfugié Francesc Tosquelles, psychiatre catalan républicain et libertaire ayant fui l’Espagne de Franco. Or c’est là qu’a justement commencé à créer Auguste Forestier, l’une des grandes figures de l’art brut, l’artiste favori de Robillard.
« Cet entrecroisement de la médecine, de l’histoire et de l’art n’est bien sûr pas hasardeux. “Les deux postures se rejoignent, la posture humaniste qui dit qu’un fou est un homme et la posture de résistance qui dit qu’un homme doit vivre libre”, déclare Imbert. A sa façon, unique et irrécupérable (malgré les hommages officiels), Robillard incarne ainsi une forme de résistance - à la brutalité politique et psychiatrique autant qu’à l’art académique et, plus largement, à ce que Dubuffet appelait “l’asphyxiante culture”. On sait gré à Imbert de nous le faire rencontrer si amicalement ». (Marcos Uzal, Libération)