LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Retour du Ciné Trico'thé
On se retrouve le samedi 7 septembre dans le hall du cinéma après la séance - vers 15h35 - de YULI, pour papoter, siroter un thé et tricoter !... Lire Retour du Ciné Trico'thé...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

LA RUÉE VERS L’OR

(THE GOLD RUSH) Écrit et réalisé par Charles CHAPLIN - VF USA 1925 1h36mn - avec Charles Chaplin, Georgia Hale, Mack Swain, Tom Murray...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA RUÉE VERS L’ORKlondyke, fin du XIXe siècle. Des aventuriers partent en quête de filons d’or dans les montages enneigées. Parmi eux, un petit homme coiffé d’un chapeau et muni d’une canne se réfugie un jour de tempête dans une cabane perdue où il rencontre deux autres chercheurs d’or, deux costauds à la mine patibulaire…
« Songez », écrivait le poète Elie Faure en 1922 à propos de Chaplin, « il fait rire avec sa faim, même avec la faim ! ». Et de fait ce thème inspire quelques scènes d’anthologie de La Ruée vers l’or, dont le scénario s’inscrit dans la veine de la « fortune miraculeuse », caractéristique du XXe siècle américain. Ces scènes, ce sont celle où Big Jim hallucine Charlot en poulet et veut le dévorer; celle où les deux compagnons mangent une chaussure bouillie ; celle où Charlot se fait offrir un bon repas en se faisant passer pour mort ; et bien sûr, la plus célèbre, celle où Charlot exécute la fameuse danse des petits pains…
En même temps qu’elles montrent avec humour et ingéniosité de quelle imagination peut faire preuve un ventre affamé, ces séquences sont aussi des modèles de mise en scène, de rythme et de poésie.