LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements en chèques, espèces et carte bleue)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 10
Chers spectatrices et spectateurs,Pour vous parler de l’avancée des travaux au cinéma et alentours, et suivre ainsi le fil de la construction de cette future ligne de tram :Les travaux de la terrasse sont terminés.          Les travaux de la rampe PMR sont terminés.                Les travaux de...

"Un sale métier" à voir sur Mediapart
UN SALE METIER, c’est le titre (emprunté au Voleur de Georges Darien) d’un très chouette film réalisé par Pascal Catheland il y a quelques années, qui est visible en accès libre sur le site de Mediapart pendant une semaine à partir du 26 avril 2020 : Un sale métier / Mediapart. La présentation d...

LES GRANDS VOISINS, LA CITE REVEE
LES GRANDS VOISINS et Utopia Sainte Bernadette à MontpellierUne fois n’est pas coutume, à la suite de nos amis d’Utopia Tournefeuille, nous nous essayons à partager avec vous un film, LES GRANDS VOISINS - et de profiter autant que possible de ce moment pour discuter, ensemble, avec d’autres. San...

AD ASTRA

James GRAY - USA 2019 2h05mn VOSTF - avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Ruth Negga, Liv Tyler, Donald Sutherland... Scénario de James Gray et Ethan Gross.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AD ASTRAC'est l'un des rares films américains qu'on attend avec impatience en cette rentrée – pour être précis et sauf surprises ou autres pépites qu'on ne verrait pas venir : l'un des trois films américains qu'on attend. Les deux autres, vus et beaucoup aimés lors du Festival de Cannes, ne sortiront qu'en décembre : Une vie cachée, le nouveau film de Terrence Malick, et The Lighthouse, du beaucoup moins connu Robert Eggers. Le troisième sera donc le premier à arriver sur nos écrans – chez nous ce sera le 2 octobre : Ad Astra, réalisé par James Gray, l'un des plus talentueux parmi les réalisateurs américains en activité. On peut citer tous ses films, ils ne sont pas très nombreux et comme dit l'autre, il n'y a rien à jeter : Little Odessa en 1994, The Yards en 2000, La Nuit nous appartient en 2007, Two lovers en 2008, The Immigrant en 2013 et The Lost city of Z en 2016.
Ad astra était dans un premier temps pressenti pour le Festival de Cannes et puis James Gray n'a pas pu le terminer à temps, c'est donc le Festival de Venise (28 août – 7 septembre) qui l'a sélectionné, en compétition. Mais au moment où on écrit ces lignes, impossible de le voir, les premières copies ne seront livrées qu'au dernier moment.

Ad astra, autrement dit « vers les étoiles » – la citation latine complète est « per espera ad astra », « à travers l'adversité vers les étoiles » – sera la première incursion du cinéaste dans la science fiction et on peut lui faire confiance pour ne pas nous donner un énième ersatz de Star Wars. Lui-même parle de son film comme de l'improbable et déstabilisante rencontre entre Au cœur des ténèbres, le roman de Joseph Conrad qui a inspiré Apocalypse now, et 2001, l'odyssée de l'espace de Kubrick. On sait donc qu'on ne sera pas dans un banal space opéra misant tout sur ses effets spéciaux. Ce qui ne veut pas dire que James Gray a négligé le côté spectaculaire de son projet : il n'est qu'à voir le film-annonce, impressionnant d'ampleur et de virtuosité technique.
Le récit nous fait partager le voyage de l'astronaute Roy McBride (Brad Pitt), qui va s'aventurer jusqu'aux confins du système solaire à la recherche de son père disparu (Tommy Lee Jones). Il est en même temps chargé d'une enquête sur ce qui pourrait être une mystérieuse menace pour la survie de la planète Terre. Lors de son périple, Roy sera confronté à des révélations qui mettent en cause la nature même de l'existence humaine et questionnent notre place dans l'univers…

Centré sur la relation entre un fils et son père, thème récurrent chez James Gray, Ad astra s'annonce donc comme une odyssée intime doublée d'une quête qu'on qualifiera sous bénéfice d'inventaire de philosophique ou métaphysique. Décidément, on a hâte de voir !