LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements en chèques, espèces et carte bleue)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE
Crowdfunding sur Ulule - cliquez sur « me prévenir du lancement » ou écrivez nous à pont-sainte-marie@cinemas-utopia.org... Lire SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE...

La Covid, la Ligne 5, le « Learning center » et UTOPIA
La Covid, la Ligne 5, le « Learning center » et UTOPIALes médias en auront fait leur feuilleton de l’été : la culture est au plus mal et le cinéma carrément à l’agonie. Impossible d’ouvrir un journal, d’allumer la radio ou de jeter un œil sur le fil de son réseau social préféré, sans e...

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 10
Chers spectatrices et spectateurs : Pour vous parler de l’avancée des travaux au cinéma et alentours, et suivre ainsi le fil de la construction de cette future ligne de tram : Les travaux de la terrasse sont terminés. Les travaux de la rampe PMR sont terminés. Les travaux de l’escalier sont term...

42e CINEMED
Séance unique le dimanche 18 octobre à 11h

NOUS LA MANGERONS, C’EST LA MOINDRE DES CHOSES

Écrit et réalisé par Elsa MAURY - Belgique/France 2020 1h07mn - Sélectionné à Visions du Réel, aux États généraux de Lussas et au festival Jean Rouch.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NOUS LA MANGERONS, C’EST LA MOINDRE DES CHOSESPremier film d’Elsa Maury, qui a été réalisé dans le cadre d’une thèse en arts et sciences de l’art, Entre art et ethnographie, raconter et rendre compte de pratiques de vies et de morts (élevage et abattage), c’est ce qui est rendu visible dans ces images. C’est aussi dense qu’aride, avec un œil aiguisé et une image rocailleuse comme le piémont cévenol qui est filmé, les couleurs et le grain sont saisissants… Ce film a été entièrement tourné à Brissac au piémont des Cévennes.

Que vous consommiez ou non de la viande, il est fort possible que regarder Nous la mangerons, c’est la moindre des choses soit une expérience quelque peu éprouvante. Très graphique, le documentaire ne nous épargne aucune image dans la transformation de moutons en viande : égorgement, dépeçage, découpage, etc. Mieux vaut avoir l’estomac bien accroché.
Les méthodes qui nous sont montrées à travers le film sont pourtant bien plus douces que celles des grands abattoirs. L’approche de Nathalie, la jeune bergère des Cévennes à laquelle est consacré le documentaire, se veut éthique et respectueuse des bêtes, tant dans son comportement vis-à-vis d’eux au quotidien, que lorsqu’il s’agit de les tuer. En constante réflexion sur son rapport aux animaux, elle prend, au fur et à mesure que le film progresse, de plus en plus sur elle-même la tâche de les faire passer de vie à trépas – seule manière de s’assurer que ses moutons, auxquels elle a parfois donné un nom, seront « bien traités ».
Sa démarche, tatillonne et contradictoire, n’a rien d’évident : elle tente, ni plus ni moins, de réconcilier son affection pour ces animaux avec l’usage alimentaire qu’elle leur réserve. Cela donne lieu à quelques scènes saisissantes, comme celle d’un repas où elle explique à ses convives qui était le mouton qui se trouve en morceau sur leurs assiettes, et pourquoi il est arrivé là. À l’heure où les grandes industries se gardent bien de nous montrer comment la saucisse est faite, sa franchise a quelque chose d’honorable.
Cette honnêteté, la documentariste semble d’ailleurs l’adopter. Son regard sur les actions de la bergère est bienveillant (voire même très admiratif), mais aussi particulièrement frontal. Pas question de détourner la caméra lors de l’exécution des bêtes : sang et tripes prennent régulièrement possession de l’écran. Face à ces images éprouvantes, il est difficile de rester indifférent, qu’on soit consommateur de viande ou non. C’est là tout l’intérêt de ce film qui nous pousse à réfléchir activement à ce qui se trouve dans nos assiettes.

(Emprunté à Adrien Corbeel, RTBF)