LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

  • ANDRÉ ROBILLARD, EN COMPAGNIE

    En 1964, André Robillard s’est mis à fabriquer des fusils avec des matériaux de récupération, ramassés au hasard de ses promenades dans l’hôpital psychiatrique où il vivait près d'Orléans. Aujourd’hui, à 87 ans, André demeure toujours dans cet hôpital, où il est entré à l’âge de neuf ans, il y a 78 ans. Entre temps, il est devenu un artiste internationalement reconnu du monde de l’Art Brut. Lors d’un voyage d’André à l’Hôpital de Saint-Alban, en Lozère, pour présenter une création théâtrale à l... (lire la suite)

  • CUBA FELIZ

    Cuba, des papys chantant les chagrins d’amour et le temps qui passe, les pavés défoncés de La Havane et la musique qui déboule de chaque bario, de chaque cour, de chaque maison… La comparaison avec Buena Vista Social Club s’arrête ici, et Cuba Feliz de Karim Dridi n’a rien d’un conte de fées. Ici, pas de producteur inspiré, pas d’enregistrement inespéré, pas de concert new-yorkais, les héros au visage tanné par le soleil et à la voix enrayée par trop de rhum et trop de fumée sont et resteront ... (lire la suite)

  • DOULEUR ET GLOIRE

    Disons le d'emblée, avec enthousiasme : Douleur et gloire est l'un des plus beaux films de Pedro Almodovar, et probablement le plus intime, le plus personnel. Un film ample et maîtrisé, superbement écrit et construit, d'une élégance formelle, d'une puissance évocatrice renversantes, touchant à la perfection dans son interprétation, dans son image, dans sa musique, dans sa direction artistique, dans ses dialogues, dans ses ellipses… et dans l'assemblage fluide de tous ces éléments ! Antonio Band... (lire la suite)

  • LE CHANT DE LA FORÊT

    Entre document ethnographique et fiction enchanteresse, ce film nous emmène au cœur de l’Amazonie, au Nord du Brésil, pour suivre le récit initiatique d’Ihjãc, tout jeune père de famille appartenant à la communauté indigène des Krahô. Le Chant de la forêt est le fruit de la collaboration de la Brésilienne Renée Nader Messora et du Portugais João Salaviza qui étudient depuis de nombreuses années le peuple Krahô. Leur film représente un matériau authentique sur ce peuple primitif dans la mesure où... (lire la suite)

  • LES LOIS DE L'HOSPITALITÉ

    Les Lois de l'hospitalité est le second long métrage réalisé par Buster Keaton. Ce n'est pas le plus connu mais c'est l'un des tout meilleurs, un des plus drôles, un des plus tendres, une vraie merveille. L'histoire se déroule au début du xixe siècle et s'appuie sur les querelles ancestrales entre deux familles de Rockville, les Canfield et les McKay : les hommes des deux clans ont la fâcheuse habitude de chercher à s'entretuer pour perpétuellement venger les victimes des générations précéden... (lire la suite)

  • LOURDES

    Ne fuyez pas au prétexte que vous n’avez pas la foi ou que vous en avez marre des documentaires. Vous passeriez à côté d’un film magnifique qui a su emballer les plus anticléricaux et sceptiques d’entre nous. C’est avant tout une grande aventure humaine, qui raconte un besoin de tendresse et de consolation profondément ancré en chacun de nous. Lourdes commence par une caresse toujours renouvelée, celle de milliers de mains sur une roche polie par leurs doigts autant que par les ans. Des main... (lire la suite)

  • LUCIE, APRÈS MOI LE DÉLUGE

    Arriver à Malfougères, à 1000 mètres d’altitude, ça se mérite ! Ce n’est pas donné à tout le monde, y survivre non plus. Au bout de la route qui serpente vers ces hauts plateaux ardéchois, on trouve une bien vieille dame, la doyenne du lieu : Lucie. À elle seule, elle représente la fin d’une époque, un mode de vie en voie de disparition. Et pourtant elle se marre ! Ses pommettes coquelicot, qui ne semblent jamais devoir se faner, laissent deviner la jouvencelle qu’elle a été : joviale, têtue, tr... (lire la suite)

  • PETRA

    C’est là, au sommet des collines qui dominent les vignes, que la brune Petra vient chercher une sorte de rédemption, loin de tout mysticisme. Sous couvert de participer à une résidence d’artiste, elle débarque par un beau matin clair dans les pattes d’un plasticien qui aurait l’âge d’être son père. La renommée internationale de Jaume Navarro en impose déjà à la jeunette subjuguée, sans même qu’elle l’ait rencontré. Il va vite s’avérer que notre souricette est tombée dans la tanière d’un raminagr... (lire la suite)

  • QUI A TUÉ LE CHAT

    Les derniers feux de la grande comédie italienne, tendance vitriol. Une satire truculente signée par le grand Luigi Comencini et menée tambour battant par le couple infernal Ugo Tognazzi – Mariangela Melato. Soit un vieil immeuble légué par leurs parents à un frère et une sœur – entre parenthèses ils se détestent : elle lui pique sa bouffe dans le frigo, il déchire les dernières pages des romans policiers dont elle raffole – qui n'en tirent qu'un maigre profit puisque les loyers sont bloqués. O... (lire la suite)

  • THE DEAD DON’T DIE

    Après sa magnifique variation sur les vampires – le divinement mélancolique Only lovers left alive –, pas étonnant finalement que le grand Jim Jarmush consacre un film à un autre thème mythique du cinéma fantastique : les morts vivants. Ce sera donc le bien titré The Dead don't die qui visiblement aborde le sujet sur le registre de la comédie loufoque en même temps que furieusement caustique sur les us et coutumes d'une certaine Amérique profonde repliée sur ses fondamentaux toxiques… Et mazett... (lire la suite)

  • UN EXILIO : PELICULA FAMILIAR

    C'était il y a 80 ans, le 25 mai 1939 : le navire français « Sinaïa » quitte le port de Sète à destination de Veracruz au Mexique. A son bord, 1599 hommes, femmes et enfants espagnols, fuyant la dictature de Franco. Parmi eux, se trouvent les quatre grands-parents de Juan Francisco Urrusti, le réalisateur de ce film poignant. Le Mexique et son président, Lazaro Cardenas, les accueilleront à bras ouverts. Il revient sur cette histoire à travers les témoignages des membres de sa famille et de nomb... (lire la suite)

  • VALE A PENHA SONAR

    Rêver en vaut la peine. C'est le titre de ce film documentaire qui retrace le parcours d'Apolonio de Carvalho et, à travers lui, d'une génération d'hommes et de femmes qui ont lutté pour leurs idéaux de liberté, de justice et de démocratie. Apolonio de Carvalho est un Brésilien au destin hors du commun. Au début des années 1930, alors qu'il n'a pas 20 ans, il fonde un parti anti-fasciste. Après un séjour dans les geôles de la dictature militaire, il s'engage dans les Brigades internationales p... (lire la suite)

  • WINE CALLING

    Le vin, comme disait l'autre, c'est le « nectar des dieux et le génie des hommes ». Sans se prétendre fins connaisseurs ni distingués œnologues, force est d'avouer que nous sommes un certain nombre, pour une pas dire un nombre certain, à ne dédaigner que rarement l'occasion de boire un bon verre, en bonne compagnie – ni celle de rendre hommage aux « vignerons » honnêtes, producteurs intègres et inspirés du divin breuvage qui causa la perte du père Noé. Car le vin, comme toute la production agric... (lire la suite)