LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

  • CEUX QUI TRAVAILLENT

    Comment se peut-il qu'un jeune réalisateur puisse du premier coup pondre une telle œuvre, qui laisse pantois tant sa pertinence nous claque à la gueule ? Pauvres de nous… quel monstre broyeur d'humanité avons nous donc construit sans que personne ne s'insurge ? Sans que personne au sommet des tribunes du pouvoir ne se lève pour hurler d'arrêter tout ! Antoine Russbach réussit dans son premier long métrage à dire avec une force saisissante l'essentiel de ce qui nous tourmente et questionne la soc... (lire la suite)

  • GIVE ME LIBERTY

    Mais que font les jurys ? Ce désopilant film atypique aurait franchement pu décrocher un prix à Cannes, ne serait-ce que celui de l’hilarité ou de la mise en scène en conditions extrêmes. Pensez donc : la majorité de l’action se passe dans un minibus rempli comme un œuf de Pâques orthodoxe ! Une improbable nef des fous lancée à tout berzingue au cœur d’une ville vibrante, grouillante, rarement vue au cinéma : Milwaukee, Wisconsin, cité peu folichonne vue de l'extérieur mais restée authentique, f... (lire la suite)

  • L'OPINION PUBLIQUE

    Un film magnifique et « sérieux », regard saisissant sur la société de l'époque, mélodrame d'une remarquable maîtrise formelle : Chaplin prouvait avec L'opinion publique qu'il n'entendait pas se laisser enfermer dans son image de faiseur de comédies burlesques. Marie Saint-Clair et Jean Millet, devant le refus de leurs parents respectifs, décident de s’enfuir pour se marier. Ils doivent se retrouver à la gare. Mais Jean est retenu au dernier moment par son père qui vient de subir une attaque ... (lire la suite)

  • L’OEUVRE SANS AUTEUR

    Gageons que le bref entracte entre les deux parties du film va être un supplice pour vous comme il le fut pour nous ! Happés par cette saga palpitante qui se déroule sur une trentaine d’années, cette infime pose vous semblera une éternité… Élisabeth May ! Une de ces jeunes filles qui pétillent, donnent envie de s’élever dans les airs, de les suivre aveuglément. La terre entière pourrait être à ses pieds, si elle le demandait… enfin, surtout le petit Kurt. Du bas de ses six ans, il la dévore ... (lire la suite)

  • LE DICTATEUR

    N’ayons pas peur de la paraphrase et clamons-le bien haut : Quoi de neuf ? Chaplin. Et tout particulièrement Le Dictateur, car s’il est un film qui reste d’une brûlante actualité, qui procure toujours plaisir, émotion et réflexion, c’est bien celui-ci. Soixante dix ans après, l’audace du film est toujours stupéfiante : il faut toujours garder à l’esprit que c’est en pleine période du nazisme triomphant que Le Dictateur a été imaginé et réalisé. Et quand on voit avec quelle férocité, avec quelle ... (lire la suite)

  • LE KID

    Une fille-mère abandonne son bébé, que Charlot recueille bien malgré lui et dont il ne parvient pas à se défaire… Il doit l’élever. Cinq ans plus tard, les voilà associés : Charlot vitrier répare les carreaux cassés par le gamin ! Mais le jour où le gosse tombe malade, les services sociaux interviennent pour les séparer… Le Kid est un film décisif dans l’œuvre et la vie de Charlie Chaplin. Envisagé d’abord comme un court métrage, il deviendra en fait son premier film long, tourné dans l’enthous... (lire la suite)

  • LES FAUSSAIRES DE MANHATTAN

    Ma pieuse grand-mère, presque une sainte disait le voisinage, m’enseigna que même la gourmandise était un péché. Mais il y en avait de bien pires : entre autres tricher ou voler ! Aussi quand, toute petite, je la vis chaparder pour la première fois une sucrerie dans une grande surface, je m’offusquai : « Mais… mais c’est un péché ! ». J'étais outrée. Alors, dans un de ces larges sourires, aussi coupables que complices, dont elle seule avait le secret, elle me souffla : « Oh ! Ce bonbon est si pe... (lire la suite)

  • LES TEMPS MODERNES

    Les Temps modernes marque une étape décisive dans la carrière de Chaplin puisque c’est le dernier film dans lequel il apparaît sous les traits de Charlot le vagabond. C’est aussi son premier film « sonore ». Sonore et non parlant puisque, plusieurs années après la révolution technique qui permettait de faire entendre la voix des acteurs, Chaplin refuse de suivre le mouvement général et tourne un vrai film muet, où on entend les bruits du monde mais où les dialogues sont réduits au stade de borbo... (lire la suite)

  • MONSIEUR VERDOUX

    Chaplin s’est inspiré de l’affaire Landru, le célèbre tueur en série, arrêté en 1919 et condamné à mort en 1922 au terme d’un procès qui passionna les foules. Pour satisfaire les besoins de sa famille, Landru, tombeur de ses dames, promettait le mariage à ses victimes, principalement des femmes riches. Il les étranglait pour les dépouiller de leurs biens, puis il prenait soin de faire disparaître les cadavres en les brûlant dans la cuisinière de sa villa de banlieue, où il avait attiré les malhe... (lire la suite)

  • NOUREEV

    S'il est un personnage romanesque, c'est bien Rudolf Noureev : un danseur d'exception, une étoile filante qui influença d'une façon phénoménale la danse masculine, perturba radicalement les codes du ballet, fascina des générations d'amateurs et continue aujourd'hui encore à inspirer nombre d'artistes. En plus il était beau : « Du fauve il avait le regard brûlant et le mouvement aussi » dira de lui Christine Okrent pour annoncer sa disparition en pleine gloire en 1993… âgé d'à peine 54 ans. Le f... (lire la suite)

  • ROJO

    Rojo – découvert lors du Fifib 2018 – prend place en Argentine en 1975 et revient sur une période particulièrement sombre du pays, lorsque la dictature militaire est en train de s'installer. Pour faire revivre à l'écran ce moment charnière, Benjamin Naishtat a apporté un soin tout particulier à l'ambiance du film, travaillant l'image et le son à la manière des grands thrillers politiques des années 70 : le jeune réalisateur revendique l'influence de Francis Coppola et de Sidney Lumet, on y pense... (lire la suite)

  • SO LONG, MY SON

    Décidément, le cinéma chinois indépendant n’a pas fini de nous épater. Après Les Eternels de Jia Zhangke et An Elephant Sitting Still de Hu Bo cette année, voilà – à nouveau et dans un registre encore différent – une grande fresque passionnante qui vient démontrer à quel point les cinéastes chinois savent articuler à merveille les petites histoires avec la grande. Incontestablement, on sent dans ce cinéma un désir très fort de raconter à hauteur humaine une histoire trop longtemps muselée par le... (lire la suite)

  • THE OPERATIVE

    Le film d'espionnage, tout comme le roman du même nom, est un genre à part entière et rend compte depuis des décennies des troubles et bouleversements des relations internationales, témoin fictionnel de réalités géopolitiques souvent très complexes. Maintes fois adapté au cinéma, le maître absolu en la matière est John Le Carré, romancier britannique que l'on ne présente plus et auquel il est d'usage de se référer pour mesurer le degré d'efficacité d'une œuvre qui a pour personnages principaux d... (lire la suite)

  • TOY STORY 4

    Les plus célèbres des héros-jouets sont de retour sur grand écran pour une toute nouvelle (et dernière ?) aventure ! Woody, Buzz et toute la bande se retrouvent loin de chez eux, à la découverte de nouveaux – et d’anciens – amis, lors d’un voyage plein de révélations qui les conduira dans les contrées les plus inattendues. Woody a toujours su quelle était sa place dans le monde, et sa priorité permanente a été de prendre soin de ses « enfants », qu’il s’agisse d’Andy et désormais de Bonnie. A... (lire la suite)

  • WILD ROSE

    Quand on pense « country music », on a tout de suite, il faut bien l’avouer, quelques clichés en tête. Des nanas avec des robes en jean et des santiags pas forcément du meilleur goût, des messieurs moustachus portant la fameuse petite cravate en lacet avec une tête de buffalo (argent massif) en guise de nœud, des chapeaux de cow-boy que ne renierait pas George W. B. et des bars où l’on danse en rang d’oignons tout en tournant comme un seul homme à droite et puis à gauche en claquant des mains d’... (lire la suite)

  • YESTERDAY

    Elle est charmante, espiègle, frondeuse, bourrée d'énergie et futée comme pas deux : elle, c'est Ellie. Prof par passion à temps plus que complet, elle ne délaisserait pour rien au monde son boulot ni ses gamins. Pas même pour Jack, son amour d'enfant, devenu son amour secret d'adolescente puis son amour secret tout court. Jack, pour qui elle s'est improvisée « manager » depuis qu'il a abandonné l'enseignement afin de vivre à fond sa passion pour l'écriture et la musique. Fils aimé et aimant d'u... (lire la suite)

  • YULI

    Dans les rues de La Havane, le tout jeune Carlos Acosta est le roi des compètes improvisées de breakdance. Son père Pedro, chauffeur poids-lourd, reconnaît le talent extraordinaire de son jeune fils, qu'il surnomme Yuli d'après le nom d'un dieu africain de la guerre. Même si Carlos ne veut absolument pas porter de collants et de ballerines, même s'il préférerait de loin devenir footballeur, son père l'inscrit au début des années 80 à l'Ecole Nationale de Ballet de Cuba. Ce n'est pas une période... (lire la suite)