MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE N°292 ( DU 25 SEPTEMBRE AU 29 OCTOBRE 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-292.jpg, sept. 2019 ... Lire LA GAZETTE N°292 ( DU 25 SEPTEMBRE AU 29 OCTOBRE 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER
Couv-291.jpg, août 2019 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-289.jpg, mai 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER...

PAPICHA

Écrit et réalisé par Mounia MEDDOUR - France, Algérie 2019 1h45mn VOSTF - Avec Lyna Khoudri, Shirine Boutella, Amira Hilda Douaouda, Zahra Doumandji, Yasin Houicha, Nadia Kaci, Meryem Medjkane... FESTIVAL DE CANNES 2019, SÉLECTION UN CERTAIN REGARD.

Du 09/10/19 au 28/10/19

PAPICHAAlors que la révolte gronde dans les rues d’Algérie, voici un film d’une jeune réalisatrice qui nous ramène quelques années en arrière. Un film sur la pulsion de vie, à la mise en scène fiévreuse, pour exorciser les traumatismes des années 90. Raconter pour ne pas oublier et éviter de nouvelles dérives.
Alger, années 90. Nedjma, jeune étudiante en lettres, profite de sa jeunesse avec insouciance. Entourée de ses meilleures amies, elle fait le mur le samedi soir pour sortir, sous l’œil complice du concierge de la cité universitaire. La journée, elle dessine et coud, avec un talent certain, des robes pour les papichas, ces jeunes et jolies Algéroises.
Jusqu’au jour où une patrouille de femmes en hidjab débarque en plein cours et enlève le professeur, accusé de parler la langue étrangère (le français) et par là de pervertir la jeunesse. Ce ne sera là que le début de la « décennie noire », marquée par des enlèvements et des attentats quotidiens. Nedjma décide alors de résister par ce qu’elle aime : coudre…

Le film est largement inspiré de l’expérience personnelle de la jeune réalisatrice ; tout y est réaliste, à commencer par la vie à la cité universitaire, entre filles, où la solidarité et l’amitié comptent plus que tout. Dans l’adversité, on se serre les coudes et on cherche des solutions, légales ou pas. Chacune des filles représente à leur façon une des facettes de cette jeunesse algérienne. Nedjma est forte, mais aussi un peu naïve et refuse de voir la menace qui monte. Elle aime profondément son pays et refuse de le quitter alors que Kahina rêve de partir à l’étranger, convaincue de rater des opportunités en restant au pays. Linda, sa sœur, représente ces centaines personnes de journalistes et intellectuelles, enlevées et assassinées par les islamistes.
Portait féministe, Papicha séduit tout particulièrement par son punch, sa fraîcheur. Le film restitue le climat anxiogène des années 90 en Algérie, le règne des arrangements, la violence ambiante croissante et les pressions sur les femmes, premières cibles des endoctrinés.