MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

L’ORPHELINAT

Écrit et réalisé par Shahrbanoo SADAT - Afghanistan 2019 1h30mn VOSTF - avec Qodratollah Qadiri, Sediqa Rasuli, Masihullah Feraji, Hasibullah Rasooli...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ORPHELINATQuand on évoque l'Afghanistan – et tous les cinéastes occidentaux qui s'y sont intéressés y ont largement contribué – on pense immédiatement femmes en burqa, talibans très très méchants, misère endémique et guerre interminable et meurtrière. Tout cela n'est évidemment pas faux, du moins pour ce qui concerne les deux dernières décennies. Mais ce très joli film d'une jeune réalisatrice afghane apporte une vision légèrement moins manichéenne, plus poétique, plus douce et plus tendre.
Notre histoire, directement inspirée du journal inédit du cousin de la réalisatrice, commence à la fin des années 80, alors que le jeune Qodrat est un orphelin des rues de Kaboul, gagnant sa pitance en vendant au marché noir des billets de cinéma : le cinéma, et tout particulièrement celui de Bollywood, produit à quelques centaines de kilomètres dans les studios indiens, est tellement prisé du public afghan que les salles de cinémas affichent systématiquement complet, permettant à Qodrat son petit business.
Rappelons qu'à la fin des années 80, l'Afghanistan est dirigé par un gouvernement pro russe, avec le soutien actif de l'armée soviétique présente sur tout le territoire, face à une rébellion qui s'organise. Et précisons au passage qu’à l'époque, tous les occidentaux bien pensants, en pleine vague d'anticommunisme et de pseudo-libération des pays de l'Est du « joug communiste », prennent fait et cause pour les rebelles… avant qu'on se rende compte, plusieurs années après, de la boîte de pandore talibane qu'on a contribué à ouvrir…

En attendant, pour Qodrat, la guerre est encore loin et ne se manifeste qu’à travers quelques échos sporadiques, et sa vie ne va pas basculer à cause des Russes ou des talibans, mais parce qu’il va être arrêté dans la rue et envoyé dans un orphelinat. Sa nouvelle situation ne sied guère à son goût de la liberté mais il va trouver dans l’établissement une forme de fraternité et de repos aux côtés de compagnons de toutes origines ethniques (toute la diversité de l'Afghanistan se retrouve dans cet orphelinat, avec des garçons pachtounes, tadjiks et même sikhs non musulmans). Un oasis un peu désuet, dirigé par un directeur ferme mais bienveillant, régi par des principes soviétiques, avec ces cours de russe qui offriront même à Qodrat un voyage dans un camp de pionniers du grand frère soviétique.

La réalisatrice Shahrbanoo Sadat, à l'aide de comédiens non professionnels, réussit à décrire l'ambiance si particulière de ces années-là et de cet orphelinat, sans angélisme aucun (l’orphelinat renferme son lot de caïds racketteurs et sadiques qui font vivre l'enfer aux plus faibles) mais avec humour et tendresse. Elle ponctue notamment son récit de scènes bollywoodiennes fantasmées : Qodrat (qui arbore d'ailleurs un t-shirt à l’effigie de Rambo, héros à l'époque des petits Afghans) s'imagine tour à tour séducteur en side-car ou maître des arts martiaux face à des dizaines d'assaillants. En 1992, avec la prise de Kaboul par les talibans le destin de tout ce petit monde basculera, mais ça c'est une autre histoire.