LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



L’AUDITION

Ina WEISSE - Allemagne 2019 1h39mn VOSTF - avec Nina Hoss, Ilja Monti, Simon Abkarian, Jens Albinus... Scénario d'Ina Weisse et Daphne Charizani.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’AUDITIONTenues altières, regards sévères, tout débute par une audition ordinaire dans le microcosme verrouillé d’une école de musique. Il faut pour y pénétrer démontrer sa capacité, sinon à atteindre l’excellence, du moins à l'approcher. Les professeurs reçoivent l’un après l’autre les jeunes postulants tétanisés, les interrompant sans ménagement, dès les premières mesures. Atmosphère glaciale et impitoyable pour ces filles et ces garçons qui ont travaillé des heures durant à la préparation d'un morceau qui sera rarement écouté en entier. Le moindre défaut de posture, de petit doigt, d’archet, la moindre approximation dans la justesse, dans le tempo… et c’est le couperet qui tombe, sans possibilité de rattrapage. Ici l’indulgence n’a pas plus sa place que les fausses notes. Anna Bronsky (Nina Hoss, au jeu impeccable et intense) fait partie de ce terrible comité de sélection, ses mots claquent, cinglants et définitifs, faisant encore moins de quartier que ceux de ses collègues. Quand le jeune Alexander Paraskevas entre en scène, dégingandé, mal assuré, on ne donne pas cher de sa peau. Et effectivement… Un faux pas en entraînant un autre, voilà son avenir de concertiste qui s’effondre. Contre toute attente, Anna lui sauvera la mise, malgré la désapprobation de ses collègues qui lui accorderont de justesse un sursis de quelques mois pour lui donner une chance de progresser sous sa seule houlette.

Longtemps les raisons de l’enseignante resteront mystérieuses et donc intrigantes. Pourquoi ce damoiseau la bouleverse-t-elle tant ? Est-ce dû à une ressemblance ? Avec son propre fils, Jonas ? Toujours est-il qu’à compter de cet instant, elle deviendra le seul soutien d'Alexander, indéfectiblement, tout comme elle l’est pour son propre enfant. Progressivement la jalousie grandira donc entre les deux adolescents. Le soir venu, de retour chez elle, c’est une double journée qui s’annonce, voire une triple. Anna, épuisée, épuisante, ne laisse nul répit à son entourage, aussi exigeante envers les autres qu’envers elle-même. Heureusement il y a Philippe, son compagnon (Simon Abkarian irradiant, dans l’un de ses plus beaux rôles, tout en finesse !), compréhensif et apaisant. Lui sait aimer son petit monde sans condition, en acceptant ses manques, ses échecs, son imperfection, ses refus. C’est le pilier patient et tranquille qui stabilise l’édifice et qui jamais ne menace de briser l'équilibre, même quand sa compagne regarde ailleurs. Cet ailleurs, c’est non seulement le miroir aux alouettes de la réussite, mais aussi un autre professeur, au sourire tellement lumineux, tout à fait craquant. Ensemble, sans le savoir, ils forment un trio admirable : elle tellement pleine de doutes, les deux hommes de sa vie tellement bienveillants, indulgents envers cette femme qu’ils aiment éperdument et qui cache sa souffrance sous une chape de dureté, tandis qu’ils mettent en sourdine la leur pour ne pas lui faire ombrage.
Plus la situation va se tendre, plus Anna va sembler insupportable, plus on se surprendra à la comprendre à notre tour, à lui pardonner ses défaillances, son parcours chaotique. Mais ce que les adultes réussissent à supporter laisse parfois dans les cœurs tendres des traces indélébiles…

C’est un film à la fois tendu et subtil, comme un vibrato de violon, merveilleusement interprété.
Il dépeint un monde pris en tenaille, qui n’assume pas ses défaillances, sa vulnérabilité. Les choses les plus essentielles s’y jouent en creux, par petites touches suggérées, jamais appuyées. Il évoque nos faces sombres, nos zones d’insécurité, c’est en cela qu’Anna, à la fois victime et bourreau d’elle-même et des autres, nous est si familière, touchante. Un second film d’une grande maîtrise, qui nous fait regretter de n'avoir pas pu voir le premier long métrage d'Inna Weisse, L'Architecte, resté inédit en France.