LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

La cagnotte ULULE pour UTOPIA, ça marche !
Petit point d’étape : plus de 70% collectés en quelques jours auprès de 171 contributeurs : c’est un peu la classe ! Et le signe que, malgré la morosité ambiante, on y croit un bon peu à ce monde meilleur ! Il reste un mois et quelques pour compléter, voir enrichir encore notre projet. Que vous ...

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

MON COUSIN

Jan KOUNEN - France 2019 1h44mn - avec Vincent Lindon, François Damiens, Pascale Arbillot, Alix Poisson... Scénario de Jan Kounen, Fabrice Roger-Lacan et Vincent Lindon.

Du 02/12/20 au 15/12/20 à Toulouse (Borderouge)

MON COUSINPierre Pastié, c’est un genre de Bernard Arnault : le rejeton fortuné d’une grande famille dont le nom est à lui seul synonyme de réussite industrielle. Un gars né avec dans la bouche une cuiller en argent massif et dont l’activité consiste à faire fructifier la fortune reçue en héritage. En l’occurrence, Pierre est pédégé du Groupe Pastié, qui réunit les plus grandes marques internationales d’alcool mais aussi de grands crus classés. « Pastié : le goût du goût ». La devise familiale n’a pas seulement l’air ridicule : elle l’est. Nonobstant, notre Pierre, de contrat en réunion, d’assemblée en déplacements, court, vole, roule – court encore, le téléphone vissé à l’oreille et le point de croissance comme seul horizon.

Pas qu’on pense que c’est un fils à papa bien feignant (c’est sans doute là qu’il diffère de certains modèles), le moins qu’on puisse dire c’est qu’il mouille la chemise. Mais Pierre Pastié a un caillou dans son mocassin de luxe. Un caillou persistant qui se rappelle à lui tous les cinq ans. Car Pierre a hérité du bazar avec son cousin, Adrien, qui lui n’en a que fiche du « goût du goût » et du groupe Pastié. Rêveur, maladroit, d’une gentillesse spontanée, il soigne périodiquement son mal de vivre dans une clinique psychiatrique. Pour Pierre, Adrien, c’est « le fou ». Or, du « fou » il a besoin, tous les cinq ans, pour qu’il lui renouvelle devant notaire le mandat de gérer les affaires familiales. Il se trouve que cette fois, le groupe Pastié vacille et Pierre a un besoin vital de la signature de son cousin. Or Adrien est au plus mal et bien décidé à y mettre son nez, dans les affaires familiales, pour retrouver l’affection de Pierre. Pendant quelques jours, Adrien et Pierre vont donc cohabiter, poussés chacun par un besoin contradictoire de celui de l’autre. Et le contact des deux cousins, outre quelques étincelles, va produire des catastrophes en chaine.

Qu’on se le dise d’emblée : Mon cousin n’est résolument pas, du tout, le film le plus représentatif de l’œuvre de Jan Kounen. Plutôt adepte d’un cinéma au montage épileptique et nourri de prouesses visuelles (on lui doit aussi bien un Blueberry hermétique et halluciné qu’un documentaire fascinant sur le chamanisme amérindien), sa seule incursion à ce jour dans le domaine de la comédie, l’adaptation de 99 Francs de Beigbeder, ne le changeait guère de ses sujets (ni de sa forme) de prédilection. Or, ici, surprise ! À quelques rares scènes oniriques près et une séquence virtuose de crash aérien, on se pincerait pour y croire tellement il se trouve rangé, assagi, attentif à capter simplement l’humanité de ses personnages. Et on vous le dit tout net : ça lui va bien au teint. Il adapte sobrement sa mise en scène à la confrontation, tantôt douce et posée, tantôt raide et agressive, des cousins campés dans des registres très différents par Vincent Lindon et François Damiens, chacun évoluant à travers le regard de l’autre. Éberlué, ahuri, Pierre n’en finit pas de ronger son frein en observant la cascade de dégâts collatéraux que provoque l’irruption, comme un chien dans un jeu de quilles, du lunaire Adrien dans son environnement professionnel et familial. De son côté, le doux quoique dérangé Adrien est, suppose-t-on, susceptible à tout moment d’entrer en éruption : il observe avec une tristesse teintée de nostalgie les gesticulations d’un homme d’affaires qui lui semble totalement déconnecté de ses sentiments, voire des sensations humaines. Les compères, appairés par la force des choses, vont devoir voyager ensemble, traverser un nombre raisonnable d’épreuves et de catastrophes pour tenter de se retrouver, se reconstruire, chacun de son son côté, et renouer ensemble un lien qu’ils croyaient perdu.