LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

I AM GRETA

Nathan Grossman - documentaire Suède 2020 1h37mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

I AM GRETAOn connait tous plus ou moins l’histoire de Greta Thunberg, une adolescente de 15 ans qui durant l’été 2018 entama une grève scolaire devant le Parlement suédois contre l’inaction face au changement climatique. Un an plus tard elle faisait la couverture du Time au titre de personnalité de l’année, et des millions d’adolescents partout dans le monde rejoignaient son action.
Ayant le syndrome d’Asperger, sa capacité de concentration lui a permis d’analyser des données scientifiques sur le changement climatique, parfois mieux que beaucoup de responsables politiques et surtout concentrée sur l’essentiel, sans que sa pensée puisse être déviée du seul constat qui vaille d’être considéré, l’action humaine sur le changement climatique et ses conséquences irréversibles si l’on n’agit pas rapidement.

Au début, les gouvernants essayèrent de récupérer son image avec une condescendance paternaliste habituée à digérer toutes les dissidences. Mais ils n’étaient pas préparés à sa concentration, à la force de son plaidoyer, le fameux « How dare you ? » du discours aux Nations Unies. Après ce discours, tous les tenants des différents pouvoirs lui sont tombés dessus, donnant ce spectacle sidérant de dominants s’attaquant à une enfant de toutes les manières les plus ignobles. Car elle ne se contentait pas de dire qu’il faut sauver le climat, elle pointait les responsabilités, notamment celle du libéralisme générant des inégalités, elle remettait en cause l’ordre établi et le faisait avec la force d’une histoire dont l’humanité était prête à s’emparer. Ils ne s’y trompaient pas, ce n’était pas seulement une adolescente, mais le nouveau récit qui pouvait fédérer le monde entier et renverser l’ordre établi. La charge contre elle fut d’autant plus violente, par une myriade d'évêques de Beauvais requérant le bûcher sur tous les plateaux, dans toutes les langues, son mérite fut d’autant plus grand à résister.

Ce documentaire est précieux car il nous permet de mieux voir, au-delà du bruit médiatique, cette personnalité, pas seulement le récit que chacun a voulu voir en elle. Témoins de sa fragilité, de l'intelligence et la lucidité de son rire face à l'absurdité des gesticulations de la société durant cette année 2019, jusqu'au discours à New York, on prend la mesure de sa volonté et l'on comprend mieux que la force de sa geste réside dans l'humilité de l'énergie qu'elle déploie. En s'effaçant elle nous renvoie à nos responsabilités, nous oblige. Deux ans, une pandémie et un rapport du GIEC plus tard, il ne s'agit déjà plus d'elle. La forêt brûle et nous regardons les cendres, « how dare we ? ».

ASSISES DE L’AVIATION, 10 jours pour penser l’après et agir maintenant. Un rapport et des assises de l’aviation : deux projets d’envergure avec le PAD, à Toulouse les 17, 18 et 19 septembre au Conseil Départemental, 1 bd de la Marquette - et à Paris les 25 et 26 septembre - Diffusés en live.

Lors des Assises de l’aviation, qui débuteront le 17 septembre à Toulouse, nous voulons parler de l’utilisation de l’avion et du devenir de ceux et celles qui travaillent autour de celui-ci, de sa construction jusqu’à son démantèlement. Sans aucun doute, pour nous comme pour beaucoup d’autres, l’avion est un outil fantastique ; tant du point de vue technique que du point de vue de son utilité sociale. Mais il émet du CO2 et ses trainées blanches, comme l’ont montré plusieurs études, contribuent notablement au réchauffement climatique. Comme souvent, un objet utile s’est transformé en machine à faire du cash et participe à la destruction de la biodiversité dont nous, les humains, faisons partie. Les prévisions très alarmistes du dernier rapport du GIEC, qui sera publié en septembre, font écho aux inondations meurtrières en Allemagne, en Belgique et maintenant en Chine, aux chaleurs extrêmes et aux incendies du Canada et de l’ouest étasunien. D’ici 2040 les compagnies aériennes imaginaient doubler la flotte d’avions et déplacer 8 milliards d’êtres humain contre 4 milliards avant le coup d’arrêt de la pandémie. Depuis, bien des études et rapports sont venus tempérer cette folie « écocidaire ». Et c’est même la fonction première de l’avion, voler, qui est menacée par les fortes chaleurs et, pour certains aéroports, par la montée des eaux. La persistance de la pandémie et la perspective de nouvelles zoonoses complètent ce tableau inquiétant.
On peut ne pas partager tous les points de vue de Greta Thunberg mais les attaques odieuses dont elle est victime parce qu’elle est jeune, parce qu’elle est une femme, ont déterminé notre choix, même sans avoir vu ce documentaire. Elle a eu le courage de venir défier l’Homme blanc, riche européen et nord-américain jusqu’au cœur de ses institutions pour lui rappeler que, si tous les peuples habitent la même planète, une minorité l’avait privatisée pour l’exploiter à son profit.


Deux avant premières plus une rencontre avec le réalisateur Nathan Grossman à Tournefeuille en partenariat avec Greenpeace, le mouvement Youth for climate, les Assises de l’aviation et le Festival FreDD (Films Recherche et Développement Durable). Toutes les rencontres seront accompagnés de permanences de Greenpeace dans le hall. Places disponibles pour les 3 rencontres, dès le 1er septembre aux tarifs habituels du cinéma au ciné ou sur billetweb.fr


Mercredi 29 septembre à 20h30 dans le cadre du Festival FreDD
suivie d'une rencontre avec le réalisateur Nathan Grosssman
.