LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ciné Trico'thé d'Octobre & Novembre
On se retrouve le samedi 5 octobre dans le hall du cinéma après la séance - vers 15h45 - de Roubaix, une lumière, à 13h50 pour papoter, siroter un thé et tricoter !Le Ciné trico’thé de novembre est déjà annoncé ! Ce sera le samedi 2 novembre à 13h30 pour la séance de Alice et le maire.... Lire C...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

LES FLEURS AMÈRES

Olivier MEYS - Belgique/France/Chine 2019 1h36mn - avec Xi Qi, Xi Wang, Meihuizi Zeng, Le Geng, Gaowei Qu, Lizhe Fan... Scénario d'Olivier Meys et Marleen Loix. Magritte du Meilleur Premier film belge.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES FLEURS AMÈRESPitié, ne pensez pas une seconde que ce formidable et lumineux premier film – qui a d'ailleurs été récompensé d'un Magritte bien mérité (l'équivalent belge des César) – est un énième pensum misérabiliste sur la prostitution des jeunes femmes migrantes. Les Fleurs amères, au titre triste et poétique, est avant tout le splendide portrait de femmes qui construisent une solidarité, une véritable sororité dans l'adversité. Lina ne vient pas d'un pays en guerre duquel la fuite est une nécessité vitale, elle n'est pas dans une situation économique extrême la poussant à émigrer pour sa survie et celle des siens, c'est juste une jeune femme intelligente et ambitieuse qui vit dans le Dongbei, une région minière de l’extrême Nord-Est de la Chine qui était autrefois prospère et qui a périclité. Elle veut assurer le confort matériel de sa famille, de son mari et de son enfant et décide de profiter d'une filière dont on lui a parlé et qui a séduit nombre de ses voisines : l'émigration vers la France pour y devenir nounou au sein d'une riche famille franco chinoise, l'excellent mandarin des femmes du Dongbei étant là bas très apprécié.

Voilà Lina qui arrive donc sur le quartier de Belleville. Mais l'aventure va tourner vinaigre quand la jeune femme découvre le cynisme et l'exploitation éhontée qu'elle subit de la part de ses employeuses pourtant compatriotes, qui profitent et abusent de la situation plus que fragile de ces nounous corvéables à merci et humiliées quotidiennement. Comme beaucoup de ses compatriotes coincées dans une situation inextricable, Lina va vite rejoindre cette prostitution de rue visible depuis quelques années sur les trottoirs du quartier, le long du boulevard. Et découvrir évidemment la violence, le danger, la totale précarité, mais aussi et surtout l'indéfectible solidarité entre celles qui comme elle ont fait ce choix contraint : accepter de vendre son corps pour assurer l'avenir promis aux siens restés au pays.

Le réalisateur belge Olivier Meys, qui connaît très bien la Chine pour y avoir vécu pendant une décennie, a fait le choix intelligent et lucide de faire de ses personnages non des victimes, marionnettes d'un système implacable, mais des femmes intelligentes, responsables, en proie au doute et parfois au désespoir mais qui restent soudées et se soutiennent sans faillir, épargnant leur famille en Chine par le récit édulcoré, via skype, de leur vie en France. Le film ne raconte pas l'engrenage de la prostitution, mais le sort des femmes migrantes qui ne peuvent compter que sur elles-mêmes pour accomplir l'objectif qu'elles s'étaient initialement fixé. L'authenticité remarquable qui se dégage du récit tient autant à la mise en scène organique, largement due à la caméra constamment en mouvement Benoît Dervaux – le chef opérateur attitré des frères Dardenne fut contraint de tourner très souvent sans autorisation préalable et avec une grande économie de moyens –, qu'au jeu intense des comédiennes : Xi Qi bien sûr, merveilleuse Lina, star dans son pays et qu'on a vue récemment dans le magnifique So long my son, mais aussi tout le groupe des comédiennes franco-chinoises qui incarnent ses compagnes d'infortune et dont le destin fut parfois proche de celui de leurs personnages.