MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 324 du 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 323 DU 13 DÉCEMBRE 2023 AU 23 JANVIER 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023
   ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 322 DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2023...

Soutenez Utopia Palmer

MARS EXPRESS

Jérémie PÉRIN - film d'animation France 2023 1h29mn - Scénario de Laurent Sarfati et Jérémie Périn.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MARS EXPRESSPour les fans de science-fiction, Mars Express fera l’effet d’une bombe ! Ce polar futuriste au croisement de Blade Runner et Ghost in the shell fourmille de discrets clins d’œil graphiques ou thématiques à des œuvres phares de l’Anticipation. Ainsi les ombres de l’esprit Métal Hurlant, des écrivains Isaac Asimov et Philip K. Dick planent sur ce film qui apporte sa touche très personnelle et pertinente à la passionnante épopée des relations entre l’homme et la machine. Le résultat est éblouissant par son esthétique et passionnant par son scénario, résolument adulte et politique.

En l’an 2200, Aline Ruby, détective privée obstinée, et Carlos Rivera, son partenaire androïde, sont embauchés par un riche homme d’affaires afin de capturer sur Terre une célèbre hackeuse. De retour sur Mars, une nouvelle affaire va les conduire à s’aventurer dans les entrailles de Noctis, la capitale martienne, à la recherche de Jun Chow, une étudiante en cybernétique disparue. Au fil de leur enquête, ils seront confrontés aux plus sombres secrets de la cité. Quand des tueurs « cyber-augmentés » prennent aussi pour cible Jun Chow, Aline et Carlos se lancent dans une course désespérée pour sauver cette jeune femme qui, sans le savoir, détient un secret capable de menacer l’équilibre précaire sur lequel repose leur civilisation.

Dans la société décrite par le film, tous les repères sont renversés. La mort n’est plus « fatale » tandis que les machines de dernière génération sont vivantes. Les animaux familiers, eux, sont des copies synthétiques bien plus hygiéniques et tellement moins contraignantes que leurs modèles naturels. Les images holographiques se fondent à la réalité tangible. Dans ce monde, louer son âme est une option, certes illégale, mais hautement lucrative. Les pensées sont massivement partagées télépathiquement avec autant de désinvolture qu’une discussion téléphonique. Progressivement, enfants et partenaires amoureux sont avantageusement remplacés par un ou plusieurs androïdes de compagnie idéalement beaux, disponibles et conciliants. Qu’ils soient à l’image d’humains, d’animaux, ou qu’ils contiennent la mémoire d’une véritable personne, le statut juridique des robots se perd alors dans un flou inextricable. Sur quelles certitudes peut-on compter ? La supériorité des humains sur l’Intelligence Artificielle ? Ou plutôt celle des plus riches sur le monde ? Oui il y a des choses qui ne changent pas…
Ainsi, la planète Mars décrite dans le film accomplit la prophétie libérale rêvée par les technologistes et futurologues Elon Musk, Jeff Bezos (Amazon) ou Ray Kurtzweil (Transhumanisme). Aujourd’hui ces visionnaires au service de l’ultra-capitalisme américain nous invitent, au prix d’un ultime sacrifice écologique, à fuir une planète Terre condamnée pour bâtir, aussi loin que possible, une oasis artificielle, une nouvelle cité fantasmée, idéale… car au cœur d’une planète désertique et hostile à la vie.

Mars Express avance tambour battant, réussissant tout ce qu’il entreprend en termes de mise en scène. Par le choix complètement assumé d’une science-fiction perfusée à la japanimation et au cinéma de genre américain, le réalisateur Jérémie Périn, connu pour sa série Lastman, nous offre ainsi un grand film qu’on ne se lassera probablement pas de voir et revoir.