LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ciné Trico'thé d'Octobre & Novembre
On se retrouve le samedi 5 octobre dans le hall du cinéma après la séance - vers 15h45 - de Roubaix, une lumière, à 13h50 pour papoter, siroter un thé et tricoter !Le Ciné trico’thé de novembre est déjà annoncé ! Ce sera le samedi 2 novembre à 13h30 pour la séance de Alice et le maire.... Lire C...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Dernier Ciné trico'thé de la saison !
On se retrouve le samedi 1er juin dans le hall du cinéma après la séance - vers 16h - de L’ADIEU À LA NUIT, pour papoter, siroter un thé (sûrement glacé !) et tricoter !... Lire Dernier Ciné trico'thé de la saison !...

LONG WEEKEND

Colin EGGLESTON - Australie 1978 1h38mn VOSTF - avec John Hargreaves et Brihony Behets... Scénario d'Everett De Roche. Prix spécial du jury, Festival international du film fantastique et de science-fiction de Paris, 1978. Musique de Michael Carlos - VERSION INTÉGRALE RESTAURÉE.
Interdit aux moins de 12 ans

Du 09/10/19 au 29/10/19

LONG WEEKENDPeter et Marcia, un couple de Melbourne au bord de la rupture, décident de partir camper le week-end sur une plage isolée du littoral australien pour tenter de recoller les morceaux d’une relation devenue invivable. Le cadre paradisiaque où ils ont planté leur tente se fait de plus en plus menaçant à mesure que les atteintes à la nature environnante se multiplient et que les tensions entre les deux époux s’exacerbent.

Au cours des années 70, le cinéma australien s’est affirmé au-delà de ses frontières, tout particulièrement au travers de thématiques fantastiques mettant en scène le décor à la fois envoutant et hostile d’un écosystème sauvage. Dans l’arrière-pays dépeuplé où règne la loi du plus fort, l’homme y devient potentiellement une proie. Des films de Peter Weir (Les Voitures qui mangèrent Paris, Pique-nique à Hanging Rock, La Dernière vague) au Mad Max de George Miller, en passant par Walkabout du britannique Nicolas Roeg et Wake in fright du canadien Ted Kotcheff, le bush australien est cet espace de dépaysement total, empreint de la mystique de la culture aborigène, duquel peuvent surgir des puissances sourdes, imprévisibles et inexplicables. Le paysage y est une entité à part entière, propice à la magie et au dérèglement des sens, espace ambivalent d’initiation et de destruction. Une autre tendance du cinéma d’horreur de cette décennie 70 développe le motif de l’invasion ou de l’agression animale, comme revanche de la nature contre l’humanité qui l’a outragée ou exploitée sans vergogne.

Long weekend, sans appartenir à un genre bien défini, puise dans ces divers registres et représente une des réussites majeures de la Ozploitation. Everett de Roche, scénariste d’origine américaine qui a largement contribué à ce cinéma d’exploitation australien des années 70 et 80, livre ici une étude de caractère cruelle aux accents quasi bergmaniens, prenant le tour d’une parabole écologique sur la rupture fatale entre l’homme moderne, prédateur et consommateur effréné, et l’environnement qu’il a brutalement colonisé.
En dépit d’un budget des plus modestes, Colin Eggleston, réalisateur rompu aux séries télévisées qui n’a alors signé sous pseudonyme qu’un long métrage érotique (Fantasm comes again), traduit ce rapport schizophrène dans une mise en scène implacable. Magnifiant dans le format Cinémascope la splendeur du paysage, le récit offre un contrechamp féroce en auscultant l’égoïsme et les frustrations de deux êtres irresponsables qui ne peuvent s’empêcher de souiller la nature, à l’image de leur relation. La découverte d’un campement abandonné, l’activité nocturne de la faune, peuplant l’obscurité de sonorités inquiétantes, la plainte répétée d’un dugong, les assauts d’animaux a priori inoffensifs, la végétation qui semble vouloir engloutir les intrus, tous ces événements vont progressivement instaurer un climat d’angoisse et de danger, que la partition entêtante de Michael Carlos va savamment souligner. La sècheresse de l’interprétation des deux acteurs, dans leur antagonisme, confère une âpre véracité à leurs personnages, avant que le caractère oppressant de la nature qui se rebelle toute entière ne les pousse dans leurs derniers retranchements, jusqu’à un dénouement insensé.

Long weekend, pourtant peu apprécié dans son pays d’origine, a fait l’objet d’un remake fidèle mais dispensable en 2008. C’est la version originale intégrale et restaurée qui est présentée ici, une œuvre étrange, pessimiste, presque nihiliste, à la portée intacte sur l’impossible réconciliation de l’homme et de la nature.