MONTPELLIER

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements en chèques, espèces et carte bleue)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Loi « sécurité globale » : « un outil pour permettre aux forces de l’ordre de cacher leurs dérapages »
Lu dans le journal Le Monde https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/05/loi-securite-globale-un-outil-pour-permettre-aux-forces-de-l-ordre-de-cacher-leurs-derapages_6058574_1653578.htmlJournalistes indépendants, collectifs, associations et syndicats se mobilisent contre un texte qu’...

SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE
Crowdfunding sur Ulule - cliquez sur « me prévenir du lancement » ou écrivez nous à pont-sainte-marie@cinemas-utopia.org... Lire SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE...

La Covid, la Ligne 5, le « Learning center » et UTOPIA
La Covid, la Ligne 5, le « Learning center » et UTOPIALes médias en auront fait leur feuilleton de l’été : la culture est au plus mal et le cinéma carrément à l’agonie. Impossible d’ouvrir un journal, d’allumer la radio ou de jeter un œil sur le fil de son réseau social préféré, sans e...

SÉANCE UNIQUE le mardi 3 novembre à 17h40 en présence de la documentariste Maria RAMOS. Soirée organisée par La Cinémathèque du documentaire en partenariat avec DOC-Cévennes, Cinelatino, Itinérances, Institut Jean Vigo, Cinémathèque de Toulouse, Périphérie, Quai des Docs, à l’initiative du Centre Culturel Universitaire de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

O PROCESSO

Écrit et réalisé par Maria Augusta RAMOS - documentaire Brésil / Allemagne / Pays-Bas 2018 2h19mn VOSTF - Meilleur long métrage Compétition internationale Visions du réel 2018.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

O PROCESSODe mars à mai 2016, la cinéaste a filmé les débats du Congrès qui ont mené à la destitution de Dilma Rousseff, présidente du Brésil. Déjà primée à Nyon pour le premier volet de sa trilogie sur la justice brésilienne, Maria Augusta Ramos propose ici un thriller politique.
Emportés dans un long travelling, on survole la foule de « supporters » portant les couleurs des partis qui s’affrontent dans l’imposant palais du Congrès national de Brasília. Le 17 avril 2016, les députés votent la destitution de Dilma Rousseff, réélue 2 ans auparavant. Dilma Rousseff, première femme à être élue présidente du Brésil, emprisonnée et torturée sous la dictature militaire entre 1970 et 1972, doit alors affronter ce qu’elle dénonce comme un coup d’État. L’ancien allié de la présidente, Eduardo Cunha, accusé de fraude dans l’affaire de la société pétrolière Petrobras, est l’initiateur du processus de destitution.

O Processo nous projette dans les coulisses de ce moment historique. La réalisatrice capte ces événements de manière brute sans les altérer, sans aucune intervention visible. Elle parvient à nous emmener au cœur des réunions stratégiques entre avocats et dirigeants politiques qui organisent la défense de Dilma Rousseff. Le film mêle des moments révélateurs provenant aussi bien de la sphère publique, dont certains sont extraits directement de chaînes télévisées, comme de la sphère privée.
Maria Ramos remettait déjà en question dans ses précédents films le système judiciaire brésilien. Elle apporte ici une compréhension de l’affaire différente de celle proposée par certains médias, et son film nous éclaire sur l’état du Brésil aujourd’hui, l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, que l’on voit se prononcer favorablement à la destitution de Dilma Rousseff, et plus largement sur la montée d’une forme de politique conservatrice et populiste dans le monde entier. O Processo permet de prendre conscience des conséquences de la destitution de Dilma Rousseff sur le plan politique, social et économique, mais aussi de ce que cela peut représenter symboliquement : l’effondrement de la démocratie et de ses institutions.

(Margaux Bigotte, Doc Cévennes)