MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 293 - DU 30 OCTOBRE AU 10 DÉCEMBRE (À TÉLÉCHARGER)
Couv-293.jpg, oct. 2019 ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 293 - DU 30 OCTOBRE AU 10 DÉCEMBRE (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE N°292 ( DU 25 SEPTEMBRE AU 29 OCTOBRE 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-292.jpg, sept. 2019 ... Lire LA GAZETTE N°292 ( DU 25 SEPTEMBRE AU 29 OCTOBRE 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER
Couv-291.jpg, août 2019 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

L'INTOUCHABLE, HARVEY WEINSTEIN

Ursula MACFARLANE - documentaire GB 2019 1h39mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'INTOUCHABLE, HARVEY WEINSTEINEn octobre 2017, à cinq jours d’intervalle, le New York Times et le New Yorker publient deux enquêtes qui vont provoquer la chute d’Harvey Weinstein, le dernier nabab du cinéma américain. En quelques jours, il est viré de la Weinstein Company, qu’il avait fondée avec son frère Bob, sa femme le quitte, tandis que les langues se délient sur ses agissements de véritable prédateur sexuel.
Régulièrement évoqué dans la culture populaire (jusque dans un épisode d'une série très populaire de la télé américaine, 30 Rock), ce comportement était pourtant un secret de polichinelle dans le milieu. Mais, cette fois, Weinstein ayant perdu de son pouvoir au fil des ans – notamment depuis la revente de Miramax à Disney en 2005 –, de nombreuses femmes (93 au total) rompent le silence et témoignent publiquement des agressions sexuelles et autres viols subis. Une libération de la parole qui débouchera sur un mouvement planétaire, à travers le hashtag #MeToo.

Réalisé par la documentariste américaine Ursula MacFarlane mais initié par des producteurs anglais dont la BBC, L'Intouchable revient sur la carrière d’Harvey Weinstein, passé d’organisateur de concerts à Buffalo à homme fort d’Hollywood dans les années 90. Quand, avec son frère Bob et leur société de production et de distribution Miramax (du nom de leurs parents), ils faisaient la pluie et le beau temps sur le cinéma indépendant américain, grâce à des succès comme Sexe, mensonge et vidéo, Pulp fiction (tous deux Palme d’or à Cannes), Le Patient anglais ou Shakespeare in love (tous deux Oscar du meilleur film). Le film montre bien le charisme aiguisé de Weinstein, son talent reconnu d’orateur et de négociateur qui ont fait de lui le roi d’Hollywood. Le récit montre comment son aura, garante de succès et de richesse, lui a permis de s’en prendre à des personnes jeunes et vulnérables.
A travers les témoignages, très durs, de femmes abusées par Harvey Weinstein (Rosanna Arquette, Paz de la Huerta, la québécoise Erika Rosenbau…) – en sachant que la plus ancienne affaire remonte à 1979 ! –, MacFarlane tente de percer le mystère de la psychologie de Weinstein. Lequel profitait de jeunes femmes rêvant de cinéma, abusant de son pouvoir sans aucune espèce de scrupule. Mais le film montre également toute l’hypocrisie à l’œuvre dans le milieu, où tout le monde savait mais où personne n’osait parler. Non seulement les victimes de Weinstein, mais aussi ses employés, les agents, les réalisateurs, les acteurs, les producteurs, les directeurs de festival…

L'Intouchable est un film dérangeant et nécessaire pour comprendre le fonctionnement d’un homme assoiffé de pouvoir, de fêtes, de femmes et qui pensait que tout lui était dû. Nécessaire surtout pour inverser l’équation et le cliché qui circulait alors à l’époque, selon lequel c’étaient les actrices qui couchaient avec Weinstein pour obtenir un rôle, alors qu’elles n’étaient que les victimes de son insatiable appétit sexuel.

(d'après H. Heyrendt, La Libre Belgique)