MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

POUR LES SOLDATS TOMBÉS

(THEY SHALL NOT GROW OLD) Peter JACKSON - documentaire GB / Nouvelle-Zélande 2018 1h35mn VOSTF - avec les voix de 120 anciens combattants britanniques de la Première Guerre Mondiale...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

POUR LES SOLDATS TOMBÉSCe n'est pas forcément dans le registre du documentaire historique que l'on attendait Peter Jackson, réalisateur, entre autres, de la saga Le Seigneur des anneaux… Mais il se trouve que le cinéaste néo-zélandais a toujours été passionné par la Première Guerre Mondiale, en premier lieu parce que son grand-père y a participé. Jackson explique qu'il n'a pourtant jamais eu envie de faire un « film hollywoodien » sur la guerre : « Mais lorsque l’Imperial War Museum m’a proposé d’utiliser leurs enregistrements originaux – plus de 2200 heures d'images tournées sur les différents théâtres d'opérations – et que nous avons découvert – en faisant des essais –, que nous pouvions les restaurer, c’est devenu le film de la Première Guerre mondiale dont j’ai rêvé toutes ces années durant. »

Pour les soldats tombés a donc été réalisé intégralement à partir de séquences originales de la guerre 14-18 provenant des archives du Musée Impérial de la Guerre, dont la plupart n'avaient jamais été vues par le grand public auparavant, tandis que la bande sonore est composée uniquement d'enregistrements audio de la BBC et d'interviews – recueillies dans les années 1960 et 1970 – de soldats britanniques ayant combattu durant ce conflit. L'équipe du film a écouté 600 heures d'interviews et visionné 100 heures d'images d'archives. 250 à 300 anciens combattants ont été enregistrés, 120 ont été retenus pour le film. Un travail de titan, qui a duré 4 ans !
Les images ont été nettoyées, restaurées, adaptées à la vitesse de défilement de 24 images par seconde et pour la plupart colorisées avec un soin maniaque, en utilisant toutes les possibilités des technologies informatiques, et le résultat est réellement impressionnant.
Ce sont les images des combattants sur le terrain, dans les tranchées, qui ont été colorisées – et élargies au format 16/9, le plus couramment utilisé actuellement –, et elles sont si réalistes, si précises qu'elles créent une sensation d'immersion, de proximité extrême avec ces hommes vivant dans des conditions inimaginables, affrontant des situations indicibles, en proie à des sentiments qu'on est bien incapable de qualifier. Sensation évidemment renforcée par les ambiances sonores elles aussi restaurées et par les voix des survivants qui se souviennent et qui tentent de raconter ce qu'ils ont vécu.
L'utilisation des voix enregistrées est d'ailleurs passionnante et constitue le socle narratif du film. Dans les premières séquences, laissées en noir et blanc et dans leur format carré, on assiste à l'engagement des futurs soldats, à leur entraînement, à leur départ vers le front en France : ici les mots recueillis sont optimistes, volontaristes, voire enthousiastes, on part combattre pour la bonne cause, pour la liberté, on va voir du pays, c'est presque l'aventure. Puis vient le cœur du film évoqué plus haut, dans les tranchées, et les survivants ne peuvent que dire le froid, le dénuement, la faim, la peur, l'horreur. Et quand on arrive aux séquences du retour, de nouveau en noir et blanc et format d'origine, c'est le carnage inhumain, la guerre incompréhensible et inutile, le « plus jamais ça » qu'évoquent les témoins.

Pour les dix millions de soldats tombés, un film qui marquera nos mémoires.