PONTOISE
SAINT-OUEN L'AUMÔNE

LES HORAIRES (format PDF)

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

PORT DU MASQUE :

Le port du masque est OBLIGATOIRE dans les zones de circulation du cinéma et donc quand vous êtes en mouvement (entrées et sorties, toilettes, hall). Dans la salle et donc pendant la projection, le port du masque demeure RECOMMANDÉ pendant la séance. Ce qui est OBLIGATOIRE par contre, c'est la distanciation (un fauteuil libre de part et d'autre pour vous ou votre famille). Merci de votre compréhension.

FÊTE DE FAMILLE

Cédric KAHN - France 2019 1h41mn - avec Catherine Deneuve, Emmanuelle Bercot, Cédric Kahn, Vincent Macaigne, Luana Bajrami, Alain Artur... Scénario de Cédric Kahn, Fanny Burdino et Samuel Doux.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FÊTE DE FAMILLEDans le titre, le mot à retenir est « famille ». De fête ici, il n'y aura que la volonté initiale d'Andrea (Catherine Deneuve, résolument majestueuse) de célébrer son anniversaire dans la maison familiale en présence de ses enfants et petits-enfants. « Aujourd’hui c’est mon anniversaire et j’aimerais qu’on ne parle que de choses joyeuses. » Il y a dans cette injonction à la légèreté toutes les angoisses d'une mère qui pressent, tout en ne voulant surtout pas se l'avouer, que la journée ne va pas être des plus sereines. Mais qu'à cela ne tienne, une famille, ça rit, ça pleure, ça s'engueule, ça se balance quelques vacheries bien senties puis, autour du rôti, tout le monde boit finalement un coup pour se dire que ce n'est pas si grave et qu'on s'aime tous, malgré les choix ou les faux pas de chacun.

Andrea a donc réuni ses deux fils. Le plus âgé, Vincent (Cedric Kahn lui-même), arrive avec sa femme médecin et ses deux enfants. Un couple a priori bien sous tous rapports, confortablement installé dans le moule petit bourgeois : sécurité de l'emploi et de l'affectif, cadre de vie rassurant. Le cadet, Romain (Vincent Macaigne), est d'un tout autre modèle : il est l'artiste de la famille, cinéaste plus ou moins raté, esprit fantasque au verbe grinçant et abondant, immature, imprévisible, colérique. Il débarque avec Rosita, sa toute neuve fiancée. Celle qui n'était pas prévue, c'est Claire, la fille aînée (Emmanuelle Bercot, impressionnante). Pas de couvert à table et pour cause : partie depuis trois ans à l'étranger, elle n'a quasiment jamais donné de nouvelles. Elle a pourtant laissé une fille, aujourd'hui adolescente, aux bons soins de sa mère…
Dans ce Cluedo familial où chacun joue son rôle, dans une unité de temps et de lieu bien définie comme dans une bonne tragédie grecque, Claire est l'électron libre, la grenade dégoupillée. Elle est la coupable et la victime, celle qui connaît les mobiles mais a tous les alibis, elle est celle qui subit l'histoire mais tente d'en inverser le cours et de reprendre la main sinon sur sa vie, du moins sur la place qu'elle occupe dans sa famille. On le comprend assez vite, Claire avance comme suspendue au bord d'un gouffre qu'elle aurait elle-même creusé : entre cris et larmes, entre rires et drames, elle retrouve les siens dans une humeur instable et survoltée que chacun, déjà, appréhende tant elle a ce don d'attirer vers les elle toutes les attentions, tous les égards, tous les agacements. Et si Claire est revenue, c'est peut-être pour l'anniversaire de sa mère, mais sans doute pas uniquement. Comme dans toute famille qui se respecte, il y a dans celle-ci quelques loups cachés, quelques dossiers délicats que personne n'a le cœur ni l'envie de ressortir. Mais c'est bien connu, le linge sale…

« Ça va partir en sucette, exactement comme d'habitude ! ». C'est Vincent qui le dit et c'est ce que le film va mettre en scène. Entre comédie et cauchemar domestique, Fête de Famille avance avec une précision et une intelligence – dans la construction du récit, dans la caractérisation des personnages et leur évolution – qui nous rappellent que Cédric Khan est un réalisateur exigeant et remarquablement talentueux. Là où d'autres auraient pu se contenter d'un franc jeu de massacre ou d'une chronique familiale déjantée, il ose une tonalité pas toujours aimable et pas forcément évidente à cerner mais qui incarne avec beaucoup de justesse les pulsions, les paradoxes et les (dés)équilibres qui unissent et désunissent les membres indissociables de ce corps complexe.