MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 293 - DU 30 OCTOBRE AU 10 DÉCEMBRE (À TÉLÉCHARGER)
Couv-293.jpg, oct. 2019 ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 293 - DU 30 OCTOBRE AU 10 DÉCEMBRE (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE N°292 ( DU 25 SEPTEMBRE AU 29 OCTOBRE 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-292.jpg, sept. 2019 ... Lire LA GAZETTE N°292 ( DU 25 SEPTEMBRE AU 29 OCTOBRE 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER
Couv-291.jpg, août 2019 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

MUSIC OF MY LIFE

Gurinder CHADHA - Angleterre 2019 1h54mn VOSTF - avec Viveik Kalra, Aaron Phagura, Dean-Charles Chapman, Kulvinder Ghir, Meera Ganatra, Nell Williams, Rob Brydon… et les chansons de Bruce Springsteen !...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MUSIC OF MY LIFEC'est un truc assez typique de l'adolescence, cet âge où les parents ne sont plus des super-héros merveilleux mais bien des rabat-joie de premier ordre qui ne comprennent rien à rien, ni le monde qui a changé, ni la mode, et surtout pas l'être singulier que leur gamin est devenu. Lequel s'abandonne volontiers à la mélancolie, au broyage de noir, s'enferme à double tour dans sa chambre – dont la porte affiche un panneau « Entrée interdite » avec un dessin de tête de mort – et se réfugie dans l'écoute de son chanteur ou groupe préféré, à moins que ce ne soit un truc nouveau recommandé par un pote. Et soudain, tout s'éclaire : la musique le transporte, les paroles expriment exactement ce que ressent l'ado incompris. Et ce morceau l'accompagnera toute sa vie, gravé dans un coin de sa mémoire.
C'est l'état de bonheur immédiat qu'on peut ressentir dans un moment comme celui-là que parvient à créer joliment ce Music of my life, le nouveau film de Gurinder Chadha, réalisatrice anglaise d'origine indienne qui renoue ici avec l'énergie de son Joue-là comme Beckham.

Luton. Angleterre. Une ville traversée par l'autoroute menant vers Londres… et où personne ne s'arrête jamais. Pour connaître Luton, il faut y être né, ou, comme Javed, avoir des parents immigrés qui ont fait un jour le choix de quitter leur Pakistan natal pour s'y enraciner. Ah.. la famille de Javed : tout un poème ! L'archétype de la famille paki qui a tout fait pour s'intégrer mais demeure convaincue que l’Angleterre ne les acceptera jamais tout à fait… Javed n'en peut plus de ce père autoritaire qui l'empêche de sortir avec ses copains, de fréquenter toute personne du sexe féminin et lui assène à longueur de journée qu'il faut bosser pour être comptable ou agent immobilier. Il n'en peu plus de l'effacement de sa mère, travailleuse silencieuse et dévouée qui lui offre depuis 16 ans pour son anniversaire le même pantalon cousu maison. Il n'en peu plus de ses sœurs promises à un quelconque mariage arrangé ni de cette ville dont les murs d'usine tagués de propos racistes lui rappellent l'étroitesse d'esprit et le manque de tolérance.
Heureusement, Javed a l'écriture pour s'échapper : le journal intime qu'il tient depuis son plus jeune âge et les paroles de chansons qu'il écrit pour son meilleur ami. Précision importante : nous sommes dans les années 80, il n'y a ni téléphone portable, ni plateforme de téléchargement… Wham, Duran Duran et autres groupes aux coupes de cheveux mémorables trônent en tête des charts et on milite dans les collège pour faire libérer Nelson Mandela…
Tout pourrait s'écouler ainsi et le mener tranquillement au costume-cravate bleu marine de l'expert comptable si Javed n'avait pas LA révélation. Non pas le Saint-Esprit, la vierge Marie, Dieu le père et tous ses saints… non, bien mieux que tous ceux-là réunis : Le Boss, connu également sous le nom de Bruce Springsteen.
Dès lors, plus rien ne pourra arrêter le feu… Les chansons du petit gars de Long Branch (New Jersey) expriment tout ce que le petit gars de Linton ressent secrètement : la vie toute tracée qu'on lui a choisie, les matins tristes des ouvriers au chômage, les rêves secrets ouvrant sur d'autres routes, d'autres vertes prairies…

C'est malin, c'est drôle et ça vous file la patate en même temps qu'une furieuse envie de vous replonger dans la discographie de Springsteen. British jusqu’au bout des ongles, en particulier dans sa peinture sans concession des terribles années Thatcher, Music of my life bat aussi au rythme de la vitalité de ses jeunes interprètes, aussi inconnus qu'épatants. Pas de doute, ça fait un bien fou !